Mathieu Gallet, nouveau PDG de Radio France
Mathieu Gallet, nouveau PDG de Radio France © MaxPPP / Thomas Padilla

Les trois Inspecteurs des finances mandatés par les ministères de la Culture et de l'Economie ont rendu leur rapport sur les dépenses du PDG de Radio France. Leur révélation avait contribué au durcissement du plus long conflit social (29 jours) de l'entreprise.

Un rapport qui est plutôt favorable à Mathieu Gallet. Le bureau d'abord. Les Inspecteurs des Finances dédouanent Mathieu Gallet, à propos de la rénovation des décors en "palissandre de Rio" :

Il n'a pas été à l'origine des travaux engagés

C'est plus flou, en revanche, à propos du nouveau mobilier, du changement de la fameuse moquette "aubergine" et de la mécanisation des stores. "En dépit de ses efforts, notre mission, écrivent-ils, n'a pas retrouvé d'écrits permettant de déterminer si la décision a pour origine la Présidence (de Radio France), ou la Direction de la réhabilitation (de la maison ronde)".

Sur la voiture, les auteurs du rapport valident en tous points les justifications de Mathieu Gallet. Celle utilisée par son prédécesseur affichait plus de 121 000 kilomètres au compteur. Son remplacement était, donc programmé. Le choix d'une Peugeot 508 comme nouvelle voiture de fonction n'est pas critiqué. On apprend, simplement, au passage que Mathieu Gallet aurait souhaité une finition dite "pack bois" (décidément), mais une erreur à la commande l'en a privé.

Reste le contrat passé avec son conseiller en communication, Denis Pingaud. Cette fois encore, l'IGF ne voit rien d'anormal. Ni sur le montant, ni sur la procédure d'attribution, même si elle est décrite :

aux limites des règles internes de l'entreprise

L'examen de quelques courriels, consultés directement sur la boîte personnelle du PDG de Radio France, permet, enfin, aux Inspecteurs de conclure que le travail de Denis Pingaud correspond bien des conseils en stratégie de communication, et non à des opérations sur l'image personnelle de Mathieu Gallet.

►►► CONSULTER | Le rapport de l'Inspection générale des finances

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.