C'est l'un des aspects qui inquiète, quand on évoque la réforme des retraites. Quelle sera la valeur du point et comment être sûr qu'il ne baisse pas (et avec lui, le montant de la pension) ? Les députés sont bien conscients de l'enjeu de cette question et comptent s'y attaquer.

Comme aujourd'hui il est possible de racheter des trimestres, il sera possible de racheter des points.
Comme aujourd'hui il est possible de racheter des trimestres, il sera possible de racheter des points. © AFP / Pascal Guyot

Le futur système universel de retraites, présenté en conseil des ministres le 24 janvier, repose sur un principe : chaque euro cotisé ouvre les mêmes droits. Les cotisations permettront de cumuler des points tout au long de la carrière. Le montant de la pension dépendra du nombre de points, de leur valeur et de l'âge de départ. Mais quelle valeur aura le point ?  

Il faut d'abord faire la différence entre deux valeurs de point. 

  • La valeur d'acquisition : combien faut-il cotiser pour acquérir un point ? 
  • La valeur de liquidation (ou de service) : combien vaudra mon point au moment de le convertir en euros pour ma retraite ? 

En juillet dernier, le rapport Delevoye a fait une préconisation : qu'un point de retraite soit attribué pour 10 euros de cotisations aux débuts du régime universel, en 2025. À l'heure du départ en retraite, il faudra multiplier le nombre de points acquis par ce que l’on appelle la valeur de service du point, 0,55 euros si l'on suit la proposition du rapport Delevoye.    

La valeur d’achat comme la valeur de service seront fixées chaque année par le conseil d’administration de la caisse nationale de retraite universelleen tenant compte des projections financières du système”, précise l’exposé des motifs du projet de loi.   

La valeur du point dans la loi organique

La valeur du point ne pourra pas baisser, cette règle d’or est inscrite à l’article 55 du projet de loi. Mais cela sera-t-il suffisant pour convaincre les Français ? La majorité entend donner des gages. Selon nos informations, les députés militeront pour que cette promesse soit inscrite dans la loi organique, une loi qui ne peut être défaite par une loi ordinaire.  

Le gouvernement vante aussi le fait que la valeur du point sera indexée sur l'évolution du salaire moyen et plus sur l’inflation. Mais cela ne se fera pas dès 2025. L'article 9 précise qu'une longue période de transition est prévue pour "lisser le passage d'une indexation fondée sur l'inflation à une indexation fondée sur le revenu, afin notamment de ne pas nuire à l'équilibre du système".  

Un rachat de point est-il possible ?   

Comme il est possible aujourd'hui de racheter des trimestres, il sera possible de racheter des points. L’avant-projet de loi prévoit, à l’article 27, "l'instauration d'un rachat de points au titre des années d'activité pendant lesquelles les assurés ont faiblement cotisé pour leur retraite, notamment parce qu'ils auraient connu des périodes de vie à l'étranger". Quant aux années d’études supérieures, le texte propose "l'instauration d'un rachat de points à tarif réduit, au titre des années d'études supérieures. Les points de solidarité auront strictement la même valeur que les points acquis au titre de l’activité (Art.42). 

Il sera également permis, si vous travaillez à temps partiel, de cotiser sur la base d’un temps plein et ainsi d’acquérir plus de points pour votre retraite.  

Comment connaître ses droits ?   

Un compte personnel devrait être créé, pour que vous ayez accès à l'intégralité de vos droits. Le projet de loi précise qu'il sera possible d'obtenir "une estimation du montant de sa retraite en fonction de différentes hypothèses d’évolution de carrière". Une ordonnance précisera les modalités de ce nouveau service.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.