Le ministre de l'Economie a précisé mercredi les conditions de réouverture des commerces ce samedi. La jauge des 8 mètres carrés par client est "une simplification par rapport à la règle précédente", considère Bruno Le Maire, invité de France Inter mercredi.

Une librairie, fermée, mais qui va pouvoir lever le rideau dès samedi.
Une librairie, fermée, mais qui va pouvoir lever le rideau dès samedi. © AFP / Hans Lucas / Maud Dupuy

C'est l'une des "bonnes" nouvelles des prochains jours. Mardi soir, Emmanuel Macron a annoncé que les petits commerces pourraient rouvrir à partir de samedi, le 28 novembre, en respectant un protocole sanitaire strict, dans le cadre de l'assouplissement du confinement. 

Quels sont les commerces concernés ?

Tous les commerces dits "non-essentiels", tels que les librairies, disquaires, ou boutiques de vêtements. Mais aussi les coiffeurs, fleuristes, bijouteries ; magasins de jouets, de jeux vidéos, boutiques de décoration ou d'ameublement, d'électroménager. Les rayons "non-essentiels" des grandes surfaces vont aussi pouvoir rouvrir.

Quant aux auto-écoles ou agences immobilières, qui pouvaient maintenir une activité mais pas accueillir de public, faire visiter des logements ou donner des leçons de conduite, Bruno Le Maire s'est dit favorable à une réouverture normale "au plus tôt", mercredi sur France Inter. Le ministre de l'Economie a indiqué que le sujet serait tranché mercredi. "Nous souhaitons l'ouverture la plus rapide des auto-écoles pour que chacun puisse passer son permis dans les meilleures conditions", a-t-il dit. "Ce sera exactement la même chose" à propos des agences immobilières : "Nous trancherons aujourd'hui et le plus tôt sera le mieux." 

Sous quelles conditions ?

L'ouverture de ces commerces doit se faire selon une nouvelle règle de limitation à l'intérieur des commerces, désormais fixée à un client pour huit mètres carrés, contre quatre précédemment. "Cette règle, est une simplification par rapport à la règle précédente", a assuré Bruno Le Maire, indiquant que le commerçant et ses salariés n'entraient pas en compte dans cette jauge et qu'un client accompagné d'un enfant en bas âge ou d'un parent âgé ne compterait que pour une seule personne.

Des contraintes plus fortes pèseront sur les grandes surfaces, avec une "obligation de contrôle à l'entrée", a précisé Bruno Le Maire. Autrement dit, les enseignes devront compter et vérifier la jauge à l'intérieur du grand magasin.

Les commerces pourront rouvrir "jusqu'à 21 heures, au plus tard", a précisé Emmanuel Macron mardi soir dans son adresse aux Français.   

L'ouverture le dimanche est-elle envisagée ?

Oui. Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire s'est dit favorable, mercredi matin sur France Inter, à l'ouverture des commerces tous les dimanches jusqu'à Noël pour compenser en partie leur fermeture forcée durant le mois de novembre. "Si l'on compte ce week-end du 28-29 novembre", cela porte à "quatre" le nombre de "dimanches de rattrapage" pour ces commerces. 

Il a toutefois précisé que cela devait se décider en concertation avec les organisations syndicales car "travailler le dimanche ce n'est pas anodin, il faut qu'il y ait des compensations". Les maires devront aussi approuver cette ouverture. 

Et les autres ?

Si la situation est encore floue pour les bars et les discothèques, les cinémas, théâtres, musées et restaurants et salles de sports ont désormais un cap. 

Pour les cinémas, théâtres et musées, réouverture prévue le 15 décembre, si la situation sanitaire le permet. "Un système d'horodatage pourra permettre l'organisation des représentations en fin de journée", et aux spectateurs de rentrer chez eux malgré le couvre-feu (qui remplacera le confinement à partir de cette même date), a précisé mardi soir le président.

 Il faudra attendre le 20 janvier pour les restaurants et les salles de sport