rémy pflimlin justifie la mise en retrait de patrick de carolis de france télévisions
rémy pflimlin justifie la mise en retrait de patrick de carolis de france télévisions © reuters

Face à des recettes publicitaires en baisse, à des subventions amputées de sept millions, et à la dotation de l’État, censée compenser l'arrêt de la publicité après 20h, supprimée en 2017, Rémy Pfimlin voudrait que l'on révise la redevance et la publicité.

France Télévision n'a pas le choix : face à la baisse de ses rentrées cette année, le groupe public va devoir poursuivre sa cure d'amaigrissement afin de tenter de retrouver des comptes à l'équilibre en 2015. C'est ce qu'à annoncé son président, Rémy Pflimlin lors de la conférence de rentrée du groupe mardi.

Un plan de départs volontaires

Les effectifs de France Télévision ont été réduits de 371 postes équivalent temps plein (ETP) en 2013, et sa masse salariale a baissé l'an dernier. Pour 2014, le groupe a mis en place un plan de départ volontaires pour 340 nouveaux postes. France Télévisions vise 9.750 ETP en 2015, comme le prévoit son contrat d'objectifs et de moyens (COM) conclu avec l'Etat. Il a aussi ramené son taux de non-permanents, notamment les intermittents du spectacle, à 14,5% des effectifs contre 18% en 2012.

Comment France Télévision peut-elle supporter la perte de la dotation censée compenser l'arrêt de la publicité après 20h

Le groupe continue de serrer tous les boulons, d'autant qu'à l'horizon 2017 la dotation de l'Etat, censée compenser l'arrêt de la publicité après 20h, sera supprimée. Une dotation qui représentera cette année un peu plus de 100 millions d'euros. Une fois cette somme disparue, France Télévision n'aura plus que deux sources de revenus : la publicité et la redevance. Sauf qu'en l'état actuel, ni l'une ni l'autre ne seraient suffisante pour permettre au groupe de remplir les missions qui lui ont été fixées, estime Remy Pfimlin.

Alors que faire ? Rémy Pflimlin a quelques idées qu'il aimerait bien que la nouvelle ministre de la Culture et de la communication examine :

Pour la publicité, je plaide pour que 20h ne soit pas un couperet commun à toutes nos antennes et je souhaite une modernisation de la redevance : c'est à dire son élargissement aux foyers possédant un ordinateur, lorsque c'est l'écran de la famille.

Alexandra Ackoun

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.