Lettre titan ok
Lettre titan ok © Radio France

The French Workforce gets paid high wages but works only three hours. (Les ouvriers français ont des hauts salaires mais ne travaillent que trois heures.)

C'est en ces termes que le PDG de Titan Maurice Taylor qualifie les ouvriers de l'usine Goodyear d'Amiens-Nord. Il justifie ainsi son refus de reprendre l'usine.

Une lettre qui a naturellement suscité de nombreuses réactions, chez les politiques comme naturellement sur le site d'Amiens.

Les précisions de Marion L'Hour

> retrouvez l'intégralité de la lettre

La lettre en anglais est datée du 8 février. Elle répond à un courrier du 31 janvier du ministre demandant à l'americain Titan d'entamer des discussions pour une reprise de l'usine d'Amiens menacée de fermeture. Selon Maurice Taylor :

Goodyear a essayé pendant plus de quatre ans de sauver une partie des emplois à Amiens, qui sont parmi les mieux payés, mais les syndicats et le gouvernement français n'ont fait rien d'autre que de discuter. J'ai visité cette usine plusieurs fois. Les salariés français touchent des salaires élevés mais ne travaillent que trois heures. Ils ont une heure pour leurs pauses et leur déjeuner, discutent pendant trois heures et travaillent trois heures [...] Monsieur, votre lettre signale que vous voulez que Titan démarre une discussion. Vous pensez que nous sommes si stupides que ça ? [...] Le fermier français veut des pneus pas chers. Il se moque de savoir s'ils viennent de Chine ou d'Inde [...]. Titan va acheter un fabricant de pneus chinois ou indien, payer moins d'un euro l'heure de salaire et exporter tous les pneus dont la France a besoin

Suite à ce courrier révélé par Les Echos, réaction immédiate de Fiodor Rilov, l'avocat de la CGT : une action judiciaire vient d'être lancée contre Titan. Pour le syndicat majoritaire cette lettre est bien la preuve que "la reprise par Titan était une mascarade".

Goodyear a annoncé fin janvier que l'usine d'Amiens Nord allait fermer, menaçant 1 173 postes Arnaud Montebourg avait annoncé le 12 février que Titan, société américaine spécialisée dans la fabrication des pneus agricoles notamment, ne reviendrait pas à la table des négociations pour une reprise de l'usine.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.