l'opération reconquête de françois hollande a mal débuté à dijon
l'opération reconquête de françois hollande a mal débuté à dijon © reuters

Déficits publics réduits sous les 3,7% prévus par la Commission européenne, "choix courageux" pour assurer l'avenir du régime des retraites, François Hollande termine sa visite en Bourgogne par un discours se référant au volontarisme de Roosevelt. "Nos déficits publics en 2011 s'élevaient à plus de 5% de la richesse nationale, 4,5% en 2012 et sans doute 3,7% en 2013 même si nous essaierons de faire moins", a dit le président français lors d'un discours à Dijon. La Commission européenne prévoit un déficit public à 3,7% du PIB fin 2013 pour la France, qui a abandonné ces dernières semaines son objectif d'atteindre 3% fin 2013 en raison d'une croissance économique atone.

En ce qui concerne la survie du régime des retraites, François Hollande a évoqué des "choix courageux" auquels devront être "associés" les partenaires sociaux.

François Hollande

Dans l'opposition, les déclarations pésidentielles provoquent de sérieuses critiques. Le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, Christian Jacob, dénonce "un gouffre entre François Hollande et les Français". Le député UMP Hervé Mariton estime que François Hollande est simplement "rattrapé par les réalités.

Hervé Mariton interrogé par Nasser Madji

__

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.