Le gouvernement français a décidé de recourir à une hausse des cotisations de préférence à un relèvement de la CSG pour financer la réforme des retraites. Le Premier ministre a indiqué qu'elle s'accompagnerait d'une réforme du financement de la protection sociale de telle façon qu'elle pèse moins sur le coût du travail, ce qui fait que, malgré la hausse des cotisations, ce dernier n'augmentera pas en 2014.

A LIRE > Jean-Marc Ayrault dévoile la réforme des retraites

le gouvernement choisit une hausse des cotisations pour les retraites
le gouvernement choisit une hausse des cotisations pour les retraites © reuters

Comme prévu, cette réforme repose sur un allongement de la durée de cotisations qui n'interviendra toutefois pas avant 2020, l'objectif retenu étant de la porter à 43 annuités à l'horizon 2035 contre 41,5 jusqu'à présent.

Conformément aux préconisations du rapport Moreau remis au printemps au gouvernement, la réforme des retraites prévoit aussi un nouveau dispositif de pilotage via un comité de surveillance des retraites qui pourra notifier des alertes en cas de problèmes de financement.

Alors, qui va payer et quoi ? Les réponses de Véronique Julia

Elle s'accompagne de plusieurs mesures susceptibles d'amadouer les syndicats au moment où les plus contestataires, la CGT et FO en tête, préparent une journée d'action le 10 septembre.

Philippe Pihet, responsable FO des retraites dénonce "un point noir"

Invité de la matinale de France Inter, Thierry Lepaon, secrétaire générale de la CGT, a estimé ce matin :

Il y a eu un travail étroit entre la CFDT et le gouvernement, ils ont été plus entendus que nous.

A REGARDER > L'interview de Thierry Lepaon en vidéo

Le secrétaire général de la CGT qui a par ailleurs menacé le gouvernement d'un rapport de force durable :

Ou le gouvernement nous dit le 10 au soir, on va revoir notre copie en terme de politique industrielle, politique salariale, emploi, droits à la retraite, et là effectivement on ouvre des négociations ou on sera dans la construction d'un rapport de force qui risque d'être un rapport de force durable.

POUR ALLER PLUS LOIN > la réforme des retraites en détails

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.