Essence ou diésel?
Essence ou diésel? © Fotolia/Sandor Jackal

La ministre de l'Écologie Ségolène Royal a assuré mercredi que le gouvernement envisageait "un rapprochement" entre les fiscalités de l'essence et du diesel, qui passerait par une baisse des taxes sur l’essence et une augmentation sur le diesel.

Le scandale Volkswagen et ses moteurs polluants est probablement passé par là : ce mercredi, au sortir du conseil des ministres, Ségolène Royal a assuré que le gouvernement envisageait un "rapprochement" entre les fiscalités de l’essence et du diesel.

Un écart de 15 centimes

Ledit "rapprochement" pourrait passer par une baisse des taxes sur l'essence et une augmentation sur le diesel. Une façon, selon la ministre de l’Ecologie, de les "égaliser" et les "neutraliser". Ainsi, rappelant que le diesel "est reconnu comme une substance cancérigène", Ségolène Royal a expliqué qu'"au minimum, pour protéger les consommateurs", il fallait que la fiscalité soit "neutre". "Aujourd'hui, a-t-elle insisté, il y a un avantage pour le diesel de 15 centimes, l'idée, c'est de neutraliser, c'est-à-dire de baisser les taxes sur l'essence et de neutraliser en faisant rejoindre les taxes sur le gazole et l'essence."

Décourager en incitant, inciter en… décourageant

Cette modification pourrait, selon cette dernière, être inscrite dans la prochaine loi de finances : elle qui est actuellement étudiée à l'Assemblée nationale ou le collectif budgétaire de fin d'année, qui sera présenté mi-novembre. L’idée défendue par la ministre est qu’un bonus plus important récompense les acheteurs de véhicules propres, puisque les utilisateurs de véhicules diesel polluants ne le sont pas à dessein mais souvent par économie. Il s’agirait dès lors de favoriser les changements de véhicules en jouant sur une fiscalité autant décourageante côté diesel qu’incitative côté essence.

A ce stade, au détour d'un amendement, fusse-t-il d'un député socialiste, le gouvernement n'a pas l'intention dans la précipitation de bouleverser les équilibres et les engagements qu'il a pris en matière de fiscalité

Le député socialiste Olivier Faure a déjà déposé un amendement au projet de loi de finances, lequel vise à augmenter la fiscalité sur le diesel tout en baissant légèrement les taxes sur l'essence. Christian Eckert, le secrétaire d'État au Budget, a de son côté indiqué ce mercredi que le gouvernement était opposé à son adoption. "Il y a, a-t-il expliqué, probablement des évolutions à envisager, étalées dans le temps. Mais à ce stade, au détour d'un amendement, fusse-t-il d'un député socialiste, le gouvernement n'a pas l'intention dans la précipitation de bouleverser les équilibres et les engagements qu'il a pris en matière de fiscalité".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.