Le ministre du redressement productif adore Armor Lux et ne se prive pas de le montrer. Il vient de commander 400 marinières de la marque pour sa fête de la rose le 18 août à Frangy-en-Bresse. Évidemment le patron de l'entreprise bretonne est ravi : depuis la Une du Parisien magazine, les ventes ont augmenté de 15% et 15 couturières ont été embauchées. Seul hic, Saint James, concurrent direct d'Armor Lux et leader en France sur le marché, accepte mal ce traitement de faveur. "C'est difficile de privilégier une marque plutôt qu'une autre", reconnaît Luc Lesénécal, PDG de Saint-James, rappelant qu'il produit 100% de ses vêtements en France contre 60% de "made in France" pour Armor Lux.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.