baptême d'un paquebot géant à saint-nazaire
baptême d'un paquebot géant à saint-nazaire © reuters

Le gouvernement français est à l'œuvre pour assurer la pérennité des chantiers navals de Saint-Nazaire, assure le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg. Son propriétaire, le groupe sud-coréen STX, veut en effet se désengager. STX Offshore & Shipbuilding a annoncé vendredi qu'il envisageait de vendre ses chantiers navals en France, en Finlande et Chine dans le cadre du plan de désendettement lancé par sa maison mère pour faire face au ralentissement du marché mondial de la construction navale.

À Saint Nazaire, on reste prudent après cette annonce. Jeanne Ferron.

1 min

E Inquiétude STX / St Nazaire

L'entreprise contrôle indirectement deux tiers du capital de STX France, qui regroupe les chantiers de Lorient et Saint-Nazaire, le solde étant aux mains de l'Etat français.

Pour Vincent Groizeleau, responsable du site "Mer et marine", il n'y a pas de danger immédiat.

36 sec

S STX / Vincent Groizeleau

Le syndicat Force ouvrière (FO) a immédiatement demandé la nationalisation du dernier grand chantier naval français pour compenser ce désengagement. "Nous avons réuni les conditions pour décrocher, en décembre 2012, la commande d'un paquebot géant et nous continuons à oeuvrer pour assurer la pérennité du site", explique Arnaud Montebourg dans Le Monde publié samedi.

La nationalisation ? Pas pour l'instant.

Mais le ministre se montre très prudent sur la perspective d'une éventuelle nationalisation."Les chantiers navals de Saint-Nazaire ont besoin de commandes, pas d'un nouvel actionnaire, car l'outil de travail est performant", souligne-t-il. "Nationaliser sans commandes ne servirait à rien."

Objectif : éviter de nouvelles désillusions. Marion L'Hour.

1 min

P STX matinale

En mars dernier, le MSC Preziosa, un paquebot géant commandé par l'armateur italien MSC est sorti des chantiers navals de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), qui emploient 2.000 employés. La construction d'un autre paquebot est actuellement à l'étude entre STX et MSC croisières, tandis que les chantiers navals, qui craignaient il y a quelques mois une baisse drastique de leur plan de charge, vont débuter en septembre la construction d'un autre navire pour une société concurrente. Royal Caribbean Cruise Line a en effet signé en décembre dernier un contrat avec les chantiers de l'Atlantique pour la livraison, en 2016, d'un autre paquebot de 361 mètres de long.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.