Le Conseil des Prud’hommes de Paris a décidé de réexaminer l’affaire opposant un salarié licencié par la société de technologies Qosmos. James Dunne a été licencié pour « faute lourde », le 13 décembre 2012. Son employeur lui reprochait un manquement à l’obligation de confidentialité et de loyauté, pour avoir évoqué sur son blog la fourniture à la Syrie et à la Libye de technologies susceptibles de traquer les opposants. Mensonge et diffamation, selon Qosmos. Deux enquêtes judiciaires sont actuellement en cours sur le sujet. Après avoir entendu les différentes parties, hier, le Conseil des prud’hommes a mis l’affaire « en départage », c'est-à-dire que les représentants des employeurs et des salariés ne se sont pas mis d’accord sur le fond du dossier. Les débats reprendront à une date ultérieure, en présence d’un magistrat professionnel.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.