Depuis le 6 avril les salariés du siège de Sanofi à Gentilly ont des portes badges équipés d'une puce RFID. Pour optimiser l'utilisation des espaces assure la direction. Pour pister les salariés, dénoncent les syndicats.

Au Campus Val de Bièvre les 3000 salariés ont depuis 10 jours l’obligation de porter une puce RFID sur eux. Le règlement aurait été modifié récemment en ce sens. Les salariés du site du Carteret de Sanofi à Lyon ont déjà des puces RFID sur leurs porte badges. La puce RFID c’est une technologie très courante puisqu’on la retrouve dans les cartes bancaires et les cartes sans contact comme les cartes de bus. La puce s'active quand elle est proche d’une borne.

Les salariés ne comprennent pas l’usage des puces RFID

Ce qui dérange les salariés c'est l'utilisation potentielle des informations, même si la direction s'en défend. Elle n'a présenté aucun document qui pourrait démontrer le contraire.

Pascal Lopez, délégué Force Ouvrière du Campus Val de Bièvre a reçu plusieurs plaintes de ses collèges. Le syndicaliste FO dénonce le comportement de la direction "la puce est géolocalisatrice, elle est active car elle est alimentée par une pile. La puce émet un signal." L’entreprise serait munie de plusieurs lecteurs RFID sur le site du Val de Bièvre.

Autre interrogation du représentant du personnel : l’association des informations du badge et du porte-badge pourrait, estime Pascal Lopez, permettre à l’entreprise de géolocaliser ses salariés.

On trouve ça disproportionné d'utiliser la géolocalisation pour mesurer le taux d'occupation des locaux de l'entreprise. Imaginez si toutes les entreprises de France et de Navarre mettent des puces sur leurs salariés, on craint des dérives !

La CNIL a été saisi au nom des salariés.

Sanofi se défend de tout flicage

Au campus Val de Bièvre Anne Viaud la directrice soutient son projet. Celui d’un campus haute qualité environnementale (HQE) et innovant dans la gestion des flux de personnes.

Ici nous sommes sur le plus grand campus européen en espaces dynamiques de travail, les salariés n’ont pas de bureaux attitrés. Ces porte-badges n’ont qu’un seul but : améliorer la gestion des espaces collectifs, détecter les présences et ainsi prévoir les salles de réunion.

L’anonymat a été assuré par la pose des puces sur les porte-badges. "Ils sont interchangeables" assure Anne Viaud. De plus Sanofi ne traite pas les données récoltées par les puces en interne . "Les informations vont directement chez le fournisseur." Sanofi a accès aux chiffres anonymisés et traités.

Pas de déclaration à la CNIL si les informations ne permettent pas d'identification

Interrogée sur ce dossier, la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés fait savoir qu'à sa connaissance :

Aucune déclaration ne correspond exactement à la situation décrite par les médias : dépôt d’une puce RFID sur les porte-badges des salariés dans l’objectif d’optimisation des espaces de travail. Nous poursuivons nos recherches. Nous avons en revanche une déclaration reçue en 2014 qui correspond à l’utilisation de puces RFID pour les contrôles d’accès au site.

La question se pose quant à l'identification possible, ou pas, des invividus grâce au dispostif mis en oeuvre, car pour la CNIL " s’il s’agit d’informations anonymisées, la loi Informatique et Libertés ne s’applique pas et il n’y a pas lieu à déclaration". C'est bien là ce que craignent les salariés, qui pensent que la direction peutcroiser les données du badge nominatif, avec celles de la puce du porte-badge, anonyme, les deux passant au même instant devant les mêmes détecteurs.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.