michel sapin dénonce les suppressions d'emplois chez eads en france
michel sapin dénonce les suppressions d'emplois chez eads en france © reuters
PARIS (Reuters) - Le gouvernement n'acceptera pas de suppressions d'emplois chez EADS en France, a déclaré mardi le ministre du Travail Michel Sapin, souhaitant que la totalité des salariés concernés rejoignent d'autres divisions du groupe. Le groupe européen, maison mère d'Airbus, a annoncé lundi la suppression de 5.800 postes dans ses activités Défense et Espace, estimant entre 1.000 et 1.450 le nombre des licenciements secs potentiels. Le directeur des ressources humaines du groupe, Thierry Baril, a indiqué mardi au cours d'une conférence téléphonique que la restructuration porterait sur 2.000 postes en Allemagne, 1.260 en France, 557 en Espagne et 450 au Royaume-Uni. "Cette entreprise gagne de l'argent, c'est une grande entreprise, elle a plusieurs secteurs, elle veut se restructurer, très bien, c'est son devoir pour s'adapter à la situation. Mais son devoir aussi, quand on a beaucoup d'emplois qui sont créés par ailleurs et qu'on a beaucoup d'argent, c'est de mettre en place des dispositifs qui évitent tout licenciement", a dit Michel Sapin sur Europe 1. "Pour la France, il ne sera pas accepté, parce qu'il ne serait pas acceptable, qu'une entreprise comme Airbus, comme EADS, supprime globalement des emplois alors qu'elle a la capacité d'accueillir tous ceux qui pourraient perdre par ailleurs leur emploi", a ajouté le ministre. Interrogé sur le sujet lors de la conférence téléphonique, le président exécutif d'EADS Tom Enders a répondu : "Aucun d'entre nous n'est surpris que les personnalités politiques aient leur opinion (...) Je ne suis pas surpris de cette déclaration, je crois que nous entendrons beaucoup d'autres déclarations au cours des prochains jours et nous les écouterons." Jean-Baptiste Vey, édité par Dominique Rodriguez
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.