Les salariés de SeaFrance sont toujours dans l'attente. Ils ignorent si leur projet de reprise sous la forme d'une SCOP (société coopérative) sera validé. Des salariés refusent déjà d'investir leurs indemnités de licenciement dans le projet.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.