Les inégalités de revenus seraient en (légère) baisse, grâce aux réformes des prestations sociales : c'est ce qui ressort du "portrait social 2016" de la France publié ce mardi.

La revalorisation du RSA a contribué à améliorer un peu les revenus des ménages modestes
La revalorisation du RSA a contribué à améliorer un peu les revenus des ménages modestes © Maxppp / Thierry Gachon

Pour les personnes qui gagnent le moins, le niveau de vie augmente 0,95 % en plus pour les ménages les plus pauvres. Pour les 30 % de personnes les plus aisées, c'est l'inverse : le niveau de vie a un peu baissé, en partie avec la réduction des allocations familiales. Pour les 10 % de ménages français les plus riches, cela représente 216 euros en moins, si l'on compare à la situation que l''on aurait eue sans les réformes des prestations sociales et des prélèvements.

Trois raisons à ce changement, selon l'Insee :

  • une forte baisse des allocations familiales pour les familles plus aisées
  • la revalorisation du RSA de 2 % pour les plus modestes
  • la diminution de l'impôt sur le revenu pour les ménages médians

Toutefois le niveau de vie moyen reste globalement au même niveau : autrement dit, les plus pauvres sont un peu moins pauvres, les plus riches un peu moins riches, mais on ne tire ni vers le haut ni vers le bas.

Notons que le montant total des impôts, lui, a diminué l'an dernier, un tournant par rapport aux deux années précédentes. Tout cela explique peut-être que cette réduction des inégalités se fait à niveau de vie égal. L'an dernier, les différences s'étaient aussi réduites, mais le niveau de vie global avait diminué.

Le capital culturel des enfants d'immigrés

L'étude de l'Insee s'est penchée sur la réussite scolaire des enfants d'immigrés.

On y apprend que les enfants originaires d'Asie du Sud-Est se distinguent par leur excellence scolaire, quelque soit leur milieu social. Et pour les autres, cette réussite ne dépend pas du passé migratoire de l'enfant, mais plutôt du capital culturel des parents.

Le reportage de Delphine Evenou

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.