Lancement ce samedi d'une nouvelle chaîne du bouquet sportif de SFR. SFR Sport 1 diffusera l'intégralité des matches du championnat de football anglais.

SFR
SFR © Maxppp / Bruno Levesque

C'est l'un des championnats de foot les plus prestigieux. La Premier League débute ce samedi en Grande Bretagne. L'occasion pour SFR qui a acquis l'exclusivité de la compétition pour la France de lancer une nouvelle chaîne de son bouquet sport. SFR Sport 1 débutera donc à midi et retransmettra l'intégralité des matchs. Sur mobiles et tablettes, la chaîne sera disponible via l'application SFR, gratuite pour les abonnés, payante pour les autres.

A la télévision en revanche, ça s'annonce plus compliqué : pour l'instant seuls les abonnés SFR et Numéricable, tous deux propriétés de Patrick Drahi, vont y avoir droit, faute d'accord avec les autres fournisseurs d'accès. Bien sûr des discussions sont en cours, cela fait même des mois qu'elles ont été entamées, mais pour l'instant aucun accord n'a pu être trouvé. La faute à un appétit trop gros sans doute.

Pour avoir le droit de reprendre SFR Sport 1, le groupe Télécom aurait par exemple réclamé 50 millions d'euros par anà CanalSat. Une fortune quand on sait que jusqu'à l'année dernière, Canal déboursait 60 millions d'euros chaque année pour être le diffuseur exclusif de la Premier League.

D'autres opérateurs comme Free et Orange évoquent le problème du nom de la chaîne : SFR Sport 1, une publicité ambulante pour un concurrent qui s'accompagnera sûrement d'un gros logo rouge et blanc à l'antenne. Faux problème estime le directeur de SFR Sport, François Pesenti :

Il y a certainement une évolution des mentalités à obtenir sur le marché français. On voit par exemple qu'en Angleterre, il y a deux concurrents en terme de distribution, Sky et British Telecom. Ils sont parvenus à un accord, et l'un et l'autre distribue les chaînes de l'un et de l'autre sans que le nom des chaînes pose problème.

Reste qu'il va maintenant falloir rentabiliser l'acquisition des droits du championnat anglais. Pour être sûr de les décrocher, Patrick Drahi, propriétaire de SFR, a fait flamber les prix : 120 millions d'euros par an pendant 5 ans.