Myriam El Khomri reçoit ce mardi la direction et les syndicats de l'opérateur de télécoms qui veut supprimer environ un tiers de ses effectifs

Myriam El Khomri reçoit ce mardi la direction et les syndicats de l'opérateur de télécoms qui veut supprimer un tiers de ses effectifs
Myriam El Khomri reçoit ce mardi la direction et les syndicats de l'opérateur de télécoms qui veut supprimer un tiers de ses effectifs © AFP / CITIZENSIDE / Fabrice Restier

Lors du rachat de SFR par Altice, fin 2014, Patrick Drahi s’était engagé à ne pas toucher à l’emploi durant trois ans, jusqu'en juillet 2017 donc. Ce qui ne l’empêchait pas de souhaiter depuis longtemps diminuer les effectifs de l'entreprise.

On est quand même dans une situation en France où tous nos concurrents ont licencié à tour de bras et, nous, on a pris une garantie sur trois ans à un moment où on vend à un euro par mois des abonnements, avait-il déclaré à New York en juin.

La ministre du Travail a demandé à rencontrer syndicats et direction afin de s'assurer "du respect des engagements pris sur l'emploi et les investissements" et pour répondre aux inquiétudes des salariés. Pour les syndicats, la réduction d’un tiers des effectifs métrait à mal le fonctionnement d'une entreprise où les conditions de travail se seraient déjà nettement durcies depuis le rachat.

Avant même cette rencontre rue de Grenelle, une réunion s’est tenue lundi soir et une partie de la nuit entre direction et syndicats.

La direction de SFR a proposé aux organisations syndicales un plan de 5.000 départs volontaires qui ne comporterait pas de licenciements secs d'ici 2019. Une proposition calquée sur le plan de départs volontaires mis en œuvre par l'opérateur télécoms en 2013, avec entre deux et trois mois de salaire par année d'ancienneté.

A la sortie de leur rendez-vous au ministère du Travail, les syndicats majoritaires, UNSA et CFDT, ont affirmé être résignés à accepter la fin du plan du plan de préservation de l'emploi, mais en janvier 2017 au lieu de juillet 2016 et à conditions qu'il n'y ait aucun licenciement sec jusqu'en 2019 amis uniquement des départs volontaires.

Sarah Maquet était au Ministère du travail

Le PDG de SFR, Michel Combes, sera reçu à 18h00.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.