Le calcul des pertes comptables de la SNCF s'éléve à 12,2 milliards d'euros
Le calcul des pertes comptables de la SNCF s'éléve à 12,2 milliards d'euros © MaxPPP

Le deuxième syndicat en terme de représentativité a décidé de suspendre son préavis de grève jeudi, après avoir obtenu plusieurs garanties. Mais les autres syndicats restent très mobilisés sur le terrain.

À la SNCF la grève continue, la direction prévoit six TGV sur dix, quatre Transiliens sur dix et un train Intercités sur trois, et un TER sur deux. L'UNSA s'est retiré au moins temporairement du mouvement en suspendant son préavis de grève. Ils estiment avoir obtenu des garanties sur le financement du réseau SNCF. Les salariés sont en grève en marge des négociations sur l'organisation du travail des cheminots et sur fond de mobilisation plus générale sur le projet de Loi Travail.

Une ultime réunion de discussion est prévue lundi. Manuel Valls annonce qu'il prendra "très bientôt des décisions sur la trajectoire financière" de la SNCF, et juge "incompréhensible" la poursuite des grèves , dans une interview à paraître ce matin dans les quotidiens régionaux.

"Beaucoup de non-syndiqués sont grévistes"

Sur le terrain, les syndicalistes sont toujours mobilisés.

Écoutez le reportage de Sophie Delpont

Gare de l'Est par exemple, Basile Pot, délégué Sud Rail, assure que le mouvement est solide avec ou sans l'UNSA.

On continuera jusqu'au bout. Ce qui fait la force de la grève aujourd'hui, c'est qu'elle regroupe la CGT, Sud-Rail et Force Ouvrière. On commence à s'organiser.

Même état d'esprit pour Didier Macé à Force ouvrière, quiassure être mobilisé aussi pour la future sécurité des usagers : "la productivité, ça peut malheureusement aussi faire dérailler les trains".

Peu de temps avant, des délégués UNSA ferroviaires votaient "oui" pour continuer la grève... Mais c'était avant que la direction nationale du syndicat annonce la suspension du préavis.

Jean Calvary, représentant CGT cheminot, refuse toutefois de parler d'un coup dur pour le mouvement.

On n'est pas tout seuls, y'a beaucoup de salariés en grève. Et notamment une immense masse de non-syndiqués qui se mobilisent car ils savent que se joue en ce moment une question cruciale pour l'avenir.

L'UNSA pourrait lever définitivement son préavis à l'issue des ultimes négociations ce vendredi.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.