les syndicats de la sncm rejettent l'hypothèse d'un redressement judiciaire
les syndicats de la sncm rejettent l'hypothèse d'un redressement judiciaire © reuters

Alors que les élus locaux réclament un moratoire de quatre mois sans redressement judiciaire de la compagnie maritime, l'économie de Marseille commence à subir les conséquence de la grève qui dure depuis deux semaines.

Le secrataire d'état chargé des transports a, comme l'actionnaire majoritaire Transdev, fait connaitre sa préférence pour un redressement judiciaire afin de remettre à plat la situation financière de l'entreprise, déficitaire depuis de nombreux mois. Une solution rejetée par les organisations syndicales et par les élus locaux, qui réclament eux, un moratoire de quatre mois afin de pouvoir étudier toute solution de reprise de la compagnie.

Et pendant que la grève continue, en Corse comme à Marseille les acteurs économiq

Comme en témoigne ce reportage à Marseille de Laurent Gauriat

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.