SNCM : l'épilogue ?
SNCM : l'épilogue ? © Sylvestre/MAXPPP / Sylvestre/MAXPPP

Le président du directoire de la SNCM, Marc Dufour n'est pas reconduit à son poste. Son mandat se termine à la fin du mois. Avec son départ, voulu par l'actionnaire principal Transdev, le plan de relance à long terme est abandonné.

Ce vote ne sera pas sans conséquence. Avec le départ programmé de Marc Dufour, c'est également l'adieu au plan de restructuration à long terme de la compagnie maritime, un plan pourtant négocié et adopté avec les syndicats et signé par les actionnaires.

Il prévoyait un renouvellement de la flotte : quatre nouveaux navires, plus de productivité et le départ volontaire de 500 salariés. Le plan a été jugé trop optimiste par Transdev dans ses prévisions chiffrées : Transdev avait déjà essayé en vain d'obtenir le départ de Marc Dufour en passant par la case justice, c'était en avril dernier. L'abstention des représentants de l'Etat laisse carte blanche à Transdev qui promet aujourd'hui d'étudier toutes les solutions sans envisager le dépôt de bilan.

Frédéric Alpozzo, secrétaire général de la CGT marins est ulcéré par l'abstention de l'Etat. Il y a eu mensonges selon lui.

Ici, l'Etat est actionnaire, ce n'est pas la faute à pas de chance.

Même son de cloche chez l'ancien président du directoire de la SNCM, Marc Dufour. Il se dit amer etpointe du doigt l'Etat.

L'Etat a choisi de s'abstenir et de permettre ces décisions.

► ► ► REECOUTER | Marc Dufour était l'invité de France Inter en décembre 2013

► ► ► EN SAVOIR PLUS | La privatisation de la SNCM aurait coûté 400 millions d'euros à l'Etat

La SNCM en chiffres
La SNCM en chiffres © IDÉ
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.