xavier niel négocierait le rachat du nouvel observateur
xavier niel négocierait le rachat du nouvel observateur © reuters

T-Mobile US pourrait rester seul dans l'immédiat. L'opérateur de téléphonie américain était convoité à la fois par son compatriote Sprint mais aussi par le Français Illiad. T-Mobile s'apprêterait à rejeter l'offre de rachat rendue publique la semaine dernière par la maison mère de l'opérateur français Illiad.

Selon le Wall Street Journal, Sprint et sa maison mère japonaise Softbank ont décidé de renoncer à racheter T-Mobile US, car il leur serait trop difficile de convaincre les régulateurs américains.

Les précisions de Marion L'hour :

Le prix de l'offre est trop "bas"

Xavier Niel annonçait la semaine dernière avoir proposé à T-Mobile une offre de prise de contrôle. Le groupe français se disait prêt à mettre sur la table 15 milliards de dollars (11,2 milliards d'euros) et racheter une participation de 56,6%. Mais l'Américain lui a refusé l'accès à ses livres de comptes. Il estime que le prix de l'offre est trop "bas". Les dirigeants ne croient pas aux économies que l'Illiad entend réaliser en reprenant T-Mobile.

Xavier Niel n'a pas dit son dernier mot

Illiad ne serait pourtant pas prêt à jeter l'éponge et pourrait augmenter son tarif. Xavier Niel recherche désormais des partenaires qui contribueraient à relever le prix de l'offre de son groupe. Parmi ces candidats potentiels se trouvent deux câblo-opérateurs américains : Cox et Charter Communications ainsi que le numéro deux américain de la télévision par satellite Dish Network. Illiad aurait anticipé le refus de T-Mobile en approchant des fonds de pension et fonds souverains qui avaient soutenu Bouygues dans sa tentative -ratée- de reprise de SFR.

Un marché"vaste et particulièrement attractif"

Après avoir bousculé le marché de l'internet puis de la téléphonie mobile en France, Xavier Niel n'a pas dit son dernier mot pour conquérir ce secteur aux Etats-unis. Un marché"à la fois vaste et particulièrement attractif" , soulignait Iliad le 31 juillet dernier au moment de rendre publique son offre sur T-Mobile. Le groupe américain est d'autant plus gourmand que ses résultats sont particulièrement florissants : T-Mobile a enregistré un chiffre d'affaires de 7,2 milliards de dollars au deuxième trimestre, et dégagé un bénéfice net de 391 millions de dollars.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.