Après avoir été gelés cet hiver, les tarifs réglementés de l'électricité pourraient repartir à la hausse cet été : la Commission de régulation de l’énergie (CRE) recommande une hausse de 6% en juin. Deux associations de consommateurs comptent saisir le Conseil d'État car ils les trouvent injustifiées.

La hausse pourrait être d'environ 85 euros par an et par foyer
La hausse pourrait être d'environ 85 euros par an et par foyer © AFP / Philippe Huguen

6% d'augmentation en juin, et peut-être 1% de plus au mois d'août : c'est la hausse des tarifs réglementés de l'électricité que préconise la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Après avoir gelé ces tarifs pour l'hiver lors du mouvement des "gilets jaunes", le gouvernement pourrait suivre cette recommandation, qui s'appliquerait aux 25 millions de foyers qui bénéficient toujours de ces tarifs.

Si tel était le cas, les associations de consommateurs UFC-Que choisir et Commission Logement Cadre de Vie comptent saisir le Conseil d'État, car selon elles cette hausse (en moyenne 85 euros de plus par an et par foyer) est injustifiée. "Ils sont déconnectés du coût réel de production pour EDF", explique Vincent Licheron, chargé de mission environnement à la CLCV. "On estime entre 2,5 et 3% la hausse qui devrait être proposée, et encore ce serait une hausse importante. Nous allons demander la transparence sur la justification de cette hausse."

Pour Vincent Licheron, le gouvernement pourrait jouer sur la fiscalité pour rendre cette hausse moins douloureuse. "Lors du Grand débat national, la question du pouvoir d'achat a eu une place centrale. Pour nous, une mesure immédiate et symbolique à adopter, c'est de réduire la TVA sur l'électricité. Elle aurait eu un effet immédiat sur la facture des consommateurs."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.