En 2018, la taxe d'habitation va être diminuée d'un tiers pour près de 80 % des foyers, selon la promesse du gouvernement. Comment ça marche ?

2018 sera l'année du démarrage de la réforme de la taxe d'habitation, avec une exonération qui montera progressivement en charge sur 3 ans, jusqu'à 2020.
2018 sera l'année du démarrage de la réforme de la taxe d'habitation, avec une exonération qui montera progressivement en charge sur 3 ans, jusqu'à 2020. © AFP / PHILIPPE HUGUEN

Dès 2018, 17 millions de ménage au total vont voir leur taxe d'habitation diminuer avec le démarrage de la réforme de la taxe d'habitation, qui vise à exonérer progressivement 80 % des foyers qui en sont redevables. Cette année donc, le montant de la taxe sera allégé de 30 %, ce qui représente 3 milliards d'euros en moins dans les caisses de l'État.

Une exonération partielle si vous touchez moins de 2 500 euros mensuels imposables

Pour bénéficier de cette baisse, votre revenu fiscal de référence ne doit pas excéder 27 000 euros annuel soit 2 500 euros mensuels imposables, et 43 000 euros pour un couple. Sachant que les ménages aux revenus les plus faibles en sont déjà exonérés.

Que vous soyez locataire ou propriétaire, c'est sur votre situation et votre adresse actuelle, au 1er janvier 2018, que sera calculée votre taxe d'habitation. Taxe diminuée d'un tiers donc, qui arrivera comme chaque année dans les boîtes aux lettres entre fin septembre et début novembre, avec environ trois semaines de délais de paiement. A noter que les résidences secondaires sont aussi concernées.

Les communes, elles, verront cet allègement compensé à l'euro près promet le gouvernement sans pour le moment expliquer d'où viendra l'argent. Quant aux mairies qui souhaitent relever les taux des taxes d'habitation, eh bien elles le pourront, mais pour tous les contribuables, et non seulement pour les ménages encore imposés à 100 %.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.