Téléphone mobile
Téléphone mobile © Max PPP / Max PPP

Pour des services de téléphonie mobiles identiques, les utilisateurs doivent payer un prix très variable d'un pays de l'Union européenne à l'autre. La France pointe à la 23e place sur 28.

L'union européenne doit-elle uniformiser ses télécommunications ? C'est en tout cas ce que la Commission européenne explique ce mardi, en mettant en avant des écarts de prix considérables en Europe .

Les explications de Manuel Ruffez

###

Le constat

Pour les communications nationales sur réseau mobile, la Commission européenne évoque même des différences de 774% entre pays de l'UE. Un appel sur mobile coûte en moyenne 14.7 centimes d'euros aux Pays-Bas contre 1.9 centimes d'euros en Lituanie, pays où l'appel est le moins cher. La Roumanie, la Lettonie, la Bulgarie et la Pologne font office de bons élèves en la matière, alors que les coups de fil sont bien plus onéreux au Luxembourg, en Belgique et en Espagne.

Avec un coup moyen par minute de 1.7 centimes d'euros,la France arrive à la 23e place sur 28 .

La Commission européenne insiste sur le fait que rien ne justifie ces différences de prix.

Ces écarts ne s'expliquent pas par des différences de qualité ou de prix de revient des services, ni par des différences de pouvoir d'achat entre les États membres

Coût moyen par minute (en centimes d'€) pour les communications mobiles

Infographics

__

Vers un marché unique des télécommunications ?

Le document de la Commission européenne explique que les écarts de prix pour les autres catégories de biens et services de base sont bien inférieurs . Comme pour acheter un litre de lait, où que vous soyez dans l'UE, "il vous en coûtera entre 0,69 et 0,99 euro, soit une différence de prix de 43% " affirme-t-elle.

Et de citer Neelie Kroes, la vice-présidente de la Commission européenne : "Il est donc essentiel pour toute l'UE d'agir rapidement pour mettre en place un véritable marché unique, afin que notre continent soit véritablement connecté "

En septembre, elle présentera un nouveau train de mesures visant à renforcer ce marché unique des télécommunications. Des mesures qui devraient être regardées avec attention par le gouvernement français . En juin dernier, la ministre déléguée à l'Economie numérique, Fleur Pellerin déclarait que "Le gouvernement n'est pas tout à fait satisfait des propositions de la Commission sur le marché unique des télécoms".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.