thierry lepaon prône d'emblée une journée d'action pour la cgt
thierry lepaon prône d'emblée une journée d'action pour la cgt © reuters

Le secrétaire général du syndicat, tout comme huit autres membres du bureau, vont remettre leur mandat à disposition du parlement du Comité confédéral national. Ce dernier pourra décider ou non d'un éventuel départ de l'équipe dirigeante, après des semaines de polémique.

La nuance est subtile : poussé à remettre sa démission au syndicat qu'il dirige, Thierry Lepaon propose au Comité confédéral national, le "parlement" de la CGT, de se prononcer sur son sort... Et donc de prendre la responsabilité de cette décision.

Explications avec Véronique Julia

Une non-démission collective

Les huit autres membres du bureau confédéral ont suivi le mouvement, en décidant de mettre eux aussi leur mandat à disposition du CCN, un geste qui ne constitue pourtant pas une démission. Ce sera au CCN de se prononcer sur le rejet ou la reconduction de leurs mandats.

Le dixième membre, l'administrateur-trésorier Eric Lafont, avait lui démissionné. C'est lui qui avait validé les importantes dépenses du syndicat pour les travaux de l'appartement de fonction et du bureau de Thierry Lepaon, à l'origine du scandale.

Cette remise collectif de mandat pourrait permettre d'apaiser la situation entre le bureau et la base de la CGT. Beaucoup de représentants du CCN sont favorables à une révocation. Il faut dire que le syndicat vit une crise sans précédent suite aux révélations du Canard Enchaîné.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.