Les autoroutes génèrent beaucoup d'argent qui échappe à l'Etat
Les autoroutes génèrent beaucoup d'argent qui échappe à l'Etat © maxppp

Le bras de fer qui oppose depuis plusieurs mois le gouvernement et les sociétés concessionnaires d’autoroute connait un nouvel épisode. Après une année de gel, on a appris ce mardi matin dans Les Echos, que les sociétés concessionnaires vont appliquer une augmentation moyenne supérieure à 1% au premier février 2016, donc bien supérieure à l’inflation qui est proche de zéro.

La hausse pour 2016 devrait atteindre 1,23% chez APRR (Eiffage), 1,27% chez Area (Eiffage) et 1,63% pour les clients d'ASF (Vinci).

Selon Les Echos, les automobilistes vont devoir payer le règlement d'un vieux litige, à savoir l'augmentation de 50% de la redevance domaniale décidée par l'Etat en 2012, à laquelle s'ajoute, pour certaines sociétés, la compensation tarifaire d'investissements réalisés sur le réseau.

Les sociétés d'autoroutes se sont engagées, en avril dernier, à verser un milliard d'euros pour financer les infrastructures de transport, dont 500 millions sur les trois prochaines années, et à geler les tarifs des péages en 2015, avant de signer en septembre le plan de relance des autoroutes en France.

« C’est exclu ! »

Pour Ségolène Royal, sur RTL, toute hausse du tarif des péages autoroutiers au-delà du taux de l'inflation était exclue :

Je ne sais pas si cette information est exacte mais en tout cas c'est exclu puisque l'engagement qui avait été pris c'est de ne pas dépasser l'inflation et même d'être en dessous de l'inflation compte tenu du pactole que les compagnies autoroutières avaient déjà accumulé dans le passé. Je vais regarder immédiatement de quoi il s'agit.

Les explications de Marion L'Hour

Autoroutes, les hausses depuis 2004
Autoroutes, les hausses depuis 2004 © idé
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.