Du nouveau chez Altice, la société mère de SFR. Le fondateur Patrick Drahi est de retour aux commandes. Une décision qui fait suite aux mauvais résultats de l'entreprise et à la démission du directeur général Michel Combes.

Depuis le rachat d'SFR par Altice en 2014, l'opérateur continue de perdre des abonnés. Une situation qui pousse la maison-mère à prendre des décisions.
Depuis le rachat d'SFR par Altice en 2014, l'opérateur continue de perdre des abonnés. Une situation qui pousse la maison-mère à prendre des décisions. © Maxppp / ANTONIO PEDRO SANTOS/EPA/Newscom/MaxPPP

En pleine tourmente et dégringolade boursière, le groupe de télécoms et médias Altice a opté pour les grands moyens : exit le directeur général Michel Combes (arrivé chez Altice en 2015) et re-bonjour à Patrick Drahi (fondateur et principal actionnaire de l'entreprise, qui n’occupait plus de rôle de premier plan dans l’organigramme de son entreprise). 

Que s’est-il passé chez Altice ?

La décision de Michel Combes fait suite aux mauvais résultats trimestriels publiés le 2 novembre. D'après ces derniers chiffres, Altice a abandonné plus d’un tiers de sa valeur boursière (34 %) en une semaine et plus de 54 % depuis le 9 juin. De quoi faire paniquer les investisseurs. 

À noter que la démission du directeur général survient dans un contexte d’instabilité de la direction du groupe : en septembre, le directeur général de l’opérateur de télécoms SFR, Michel Paulin, avait lui aussi quitté ses fonctions.

Altice, qu’est-ce que c’est ? 

Altice, ce sont plusieurs entreprises et plusieurs activités : Numericable, Virgin Mobile, NextRadio TV (BFM TV, RMC) ou encore les journaux Libération et L’Express… Mais Altice c’est aussi et surtout SFR. Souvenez-vous, en 2014, Numericable (Altice) s’est battu bec et ongles contre Bouygues pour racheter l’opérateur mobile. 

Aujourd'hui, la filiale aux 20 millions d’abonnés fixe et mobile est la plus mal en point de l'entreprise. Depuis trois ans maintenant, le numéro deux du mobile en France – relégué à la troisième place dans le fixe derrière Free (Iliad) – a perdu plus de 1,6 million de clients mobile et plus d’un demi-million d’abonnés fixes. 

Des chiffres qui montrent qu'aujourd'hui encore SFR paie le manque d’investissement passé : une qualité de réseau moyenne et un service client qui laisse à désirer. 

Qui sont les nouveaux visages d’Altice ? 

Pour pallier ce problème, Patrick Drahi revient donc aux manettes. Michel Combes est remplacé par le bras droit de Patrick Drahi, Dexter Goei, qui dirigeait jusque-là les activités d'Altice aux États-Unis. Alain Weill monte en grade en prenant la fonction de PDG de SFR et de directeur des activités médias d'Altice. Le directeur financier Dennis Okhuijsen assume la direction générale d'Altice en Europe. Enfin, Armando Pereira, le tailleur de coûts de Patrick Drahi, est quant à lui désigné directeur des opérations d'Altice.

Ces changements seront-ils suffisants ? 

L’avenir le dira, mais Patrick Drahi fait tout pour. Le patron d’Altice a fait un pari stratégique et nouveau de marier les télécoms et les contenus, les tuyaux et les images. Le but étant que les clients internet et mobile choisissent son réseau pour regarder du sport, des films ou des infos. Autre information à noter, en 2018, la marque SFR va disparaître pour s’appeler Altice. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.