Des pneux abandonnés dans une décharge, ramassés pour être recyclés
Des pneux abandonnés dans une décharge, ramassés pour être recyclés © MaxPPP/La Dépêche du Midi/Michel Labonne

Depuis 2004 les professionnels ont l’obligation de récupérer leurs produits et de financer leur élimination. La filière de collecte et de recyclage des pneumatiques usagés marche très bien. Elle a même réalisé un record en 2014 : 314.505 tonnes ont été collectées pour être valorisées, rechapées quand c’est possible ou envoyées dans les cimenteries pour servir de combustible. C’est le bilan publié hier par Aliapur, l'organisme en charge de la collecte .

Autre bonne nouvelle, les stocks orphelins - c’est-à-dire les sites dont le propriétaire a disparu - ont presque tous été nettoyés. Ces stocks sont le résultat de pratiques douteuses : collecte des pneus d’abord, revente ensuite de ceux qui ne sont pas encore en fin de vie, et lorsque le négoce devient moins rentable, on met la clé sous la porte et le site devient orphelin.

En 2004 l'inventaire évaluait à 230.000 tonnes le stock de pneus dans la nature. Aujourd'hui, le ménage est quasiment fait. Reste une énorme décharge à Souillac dans le Lot, les travaux de nettoyage débutent cette semaine.

Eric Domas est le directeur Général d'Aliapur

C'est un dernier gros chantier 6 mois à 18 mois de travaux. On ignore la quantité de pneus de ce stock historique.

Ces sites ne dessinent pas seulement des verrues dans le paysage.

Eric Fabief est le fondateur d'Aliapur

Un stock orphelin constitue plusieurs nuisances : rongeurs, serpents et moustiques et les incendies et leurs conséquences.

Les pneus récupérés sont recyclés ou brûlés dans les cimenteries.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.