Beaucoup d'aides-ménagères ne sont pas déclarées
Beaucoup d'aides-ménagères ne sont pas déclarées © maxppp

Fini le bouche-à-oreille ou le passage par les agences pour trouver une femme de ménage. Sur Internet, des plates-formes servent d'intermédiaire entre vous et des aides ménagères auto-entrepreneurs.

Les particuliers, qui sont aussi des employeurs, devraient profiter d'une réduction forfaitaire grâce à un amendement déposé au projet de loi de finances de la sécurité sociale. Un coup de pouce à ce secteur où les heures travaillées ont beaucoup chuté.

Des sites qui bousculent le travail au noir

Plusieurs sites ont été lancés cette année en France, l'allemand Helpling en juin, le britannique Hassle et l'américain Homejoy ce mois-ci. Ils viennent bousculer un marché gangréné par le travail au noir qui selon l'INSEE, représente un peu moins de 30% des services à la personne à la fin des années 2 000, et cette proportion aurait augmenté avec la crise. Les start-up estiment que le travail illégal représente désormais 40% du marché

L'idée est de proposer des services à bas coûts, tout en facilitant les recherches des clients, en prenant en compte la disponibilité et la proximité de femmes de ménage indépendantes.

Perrine, 37 ans, est aide ménagère depuis près de 10 ans. En juin, elle est devenue auto-entrepreneur. Elle a signé un contrat de collaboration avec la plate-forme Helpling. Une solution, qui d'après elle, laisse plus de choix à l'aide ménagère.

Une nouvelle concurrence pour les agences

Comme ses concurrents Hassle et Homejoy, le site met en relation des particuliers et les aide-ménagers. Leur objectif est la conquête du marché noir. Alors ils cassent les prix avec des tarifs qui vont de 15,90 euros à 18, 90 de l'heure, avant la déduction fiscale de 50%, au lieu d'une vingtaine d'euros dans les agences. Medhi Louali, directeur de Helpling France, assure que ces prix sont désormais proches de ceux pratiqués sur le marché noir.

Mais la Fédération des Particuliers Employeurs préfère l'emploi direct, par Chèque emploi service universel.

Pour le directeur général Jean-Rémy Acar, c'est la meilleure solution. Le statut de salarié est préférable à celui d'auto-entrepreneur, car elle est la plus sécurisante selon lui pour les clients.

Les particuliers, clients des plates-formes règlent quant à eux leur facture sur Internet. Les sites prennent 20% de commission sur le règlement.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.