UberPop suspendu en France
UberPop suspendu en France © Radio France / Olivier Bénis

Dans un entretien au Monde, le directeur général d'Uber France annonce la suspension du service en France. UberPop permettait à des particuliers de devenir chauffeurs privés et était au cœur de la colère des taxis.

C'est sans doute moins cette colère (envers laquelle les dirigeants d'UberPop affichaient une certaine indifférence depuis plusieurs mois) que la garde à vue de deux de ses dirigeants et l'unanimité du gouvernement contre eux qui a poussé Uber à faire marche arrière. Thibaud Simphal, le directeur général d'Uber France, l'a annoncé vendredi au Monde : le service UberPop va disparaître des écrans de téléphones français, et ce dès 20h.

► ► ► SUR LE WEB | Lire tout l'entretien sur le site du Monde

Les raisons invoquées : une question de sécurité, tout d'abord , après plusieurs agressions de chauffeurs par des taxis en colère, en particulier lors des manifestations la semaine dernière ; mais aussi une manière pour la société américaine de montrer sa bonne volonté .

Nous souhaitons nous situer dans un esprit d’apaisement, de dialogue avec les pouvoirs publics et montrer que l’on prend nos responsabilités. Sur le fond, nous nous en remettons à la décision du Conseil constitutionnel attendue en septembre sur l’article de la loi Thévenoud. Ce n'est pas la première fois qu'Uber recule sur l'un de ses services : il avait ainsi déjà retiré une autre de ses offres, UberX (qui est elle une offre de chauffeurs de VTC professionnels) à Portland, aux États-Unis. En revanche, c'est la première fois selon le dirigeant français qu'il y est contraint "par la violence". " La sécurité des chauffeurs Uber, ce qui a toujours été notre priorité" , assure-t-il.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.