La présidente de Radio France Sibyle Veil a présenté lundi son plan stratégique pour les trois années à venir lors d'un comité social et économique extraordinaire. Au programme : 60 millions d'économies, des transformations des métiers et des départs volontaires.

Sibyle Veil, présidente de Radio France, le 18 mars 2019 à Paris
Sibyle Veil, présidente de Radio France, le 18 mars 2019 à Paris © AFP

Régime sec. Après deux ans de budget à l'équilibre, pas question de repartir dans le rouge. Aussi, pour compenser l'augmentation mécanique des charges de cinq millions d'euros par an, Sibyle Veil souhaite faire 20 millions d'euros économies d'ici 2022. Une somme à ajouter aux 20 millions déjà prévus pour contrebalancer la baisse de dotation de l'Etat. Plus 20 millions pour continuer à développer le numérique, défi incontournable. L'effort demandé atteint désormais les 60 millions d'euros. 

Où trouver pareille somme ? Dans la baisse des coûts de diffusions (cinq millions d'euros), en redéploiements internes des moyens humains et matériels (dix millions d'euros), en augmentant les ressources propres comme les concerts, la publicité, les musiques de films (20 millions) et surtout en réduisant de 25 millions d'euros, les charges de personnel. 

Des départs volontaires

La présidente souhaite plus de jours de travail, de la polyvalence (en promettant de multiplier par trois les budgets de formation), la diminution des recours aux CDD et enfin des départs volontaires.  

Les 25 millions d'économies sur les charges de personnel représentent 285 emplois, ont fait remarquer les syndicats. Pour les élus, ce projet ressemble à une "régression sociale", quelques années à peine après la négociation d’accords. Il y a, selon eux, une inadéquation, comme une punition, entre les résultats exemplaires de Radio France et ce qu'elle va encore demander aux salariés. 

Sibyle Veil n'a pas souhaité dire combien de départs seront souhaités. Elle a en revanche garanti l'intégrité des sept antennes et des deux formations musicales du groupe. Mais l'équation reste la même : comment faire mieux avec moins ?

La présidente de Radio France espère un accord de méthode d’ici la fin du mois de juin puis une négociation au second semestre 2019.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.