S'offrir un beau week-end, dans un endroit enchanteur, tout près de chez soi : c'est ce que propose la start-up Staycation, basée à Paris. Elle profite d'un filon peu connu : les chambres vacantes des hôtels de luxe, très nombreuses autour de la capitale.

#lifestyle
#lifestyle © Getty / Getty

Séjour "Easy peasy jacuzzi", "Breakfast in America" ou encore "Wild wild ouest" : les visuels sont léchés et le langage très "start-up nation", à l'image de la cible visée. Avec 31 ans de moyenne d'âge parmi ses clients, Staycation s'adresse aux "millenials", un public jeune, urbain et très connecté. "On propose une sélection de 120 hôtels quatre ou cinq étoiles dans et autour de Paris, et un programme de 24 heures clé en main", détaille Mathieu Dugast, l'un des trois co-fondateurs du site. Au menu : "Une nuitée, un petit-déjeuner, et une activité : piscine, cours de mixologie avec un barman, cours de yoga... Avec des prix avantageux, de -20 à -70 % selon les séjours."

"Les hôteliers remplissent leur établissement avec une clientèle locale et plus jeune"

Le séjour "Seuls two" propose par exemple une nuit avec "piscine et hammam privatifs + prosecco + macarons" dans un hôtel quatre étoiles pour 149 euros au lieu de 259, soit 42 % de réduction. Comment Staycation peut-elle proposer de tels tarifs ? "Dans les hôtels de luxe, plus d'une chambre sur quatre est vacante à l'année et 40 % les dimanches", explique Mathieu Dugast. 

"On permet aux hôteliers de remplir leur établissement, mais aussi de l'animer, avec une clientèle locale, souvent plus jeune que leur clientèle habituelle de tourisme ou d'affaires, et qui va faire vivre l'établissement sur les réseaux sociaux." Et pour les clients, c'est une aubaine.

Capture d'écran du site Staycation
Capture d'écran du site Staycation / Capture d'écran

"C'est assez féérique, on arrive les yeux écarquillés dans un endroit où l'on a pas l'habitude d'aller"

Mathieu, 32 ans, travaille à Paris comme "manager dans l'innovation". Il est inscrit depuis un an et demi sur Staycation et en a profité trois fois : "C'est globalement assez féérique. On arrive les yeux écarquillés, un peu gêné dans un endroit où l'on a pas l'habitude d'aller". Outre les tarifs avantageux, le jeune cadre y voit une occasion de profiter d'un week-end de vacances tout en s'évitant "les locations de voitures, les réservations de restaurant, tous les éléments qui peuvent être frustrants dans l'organisation d'un voyage loin de Paris." Et tout ça pour un ressenti identique : "C'est réellement dépaysant !", jure-t-il. "C'est vrai qu'un hôtel à Paris, ce n'est pas forcément de vraies vacances, mais là tout est prévu : en plus de l'hôtel, il y a des propositions de restaurants et d'activités..."

"Ça permet de changer de quartier, de découvrir des endroits qu'on avait jamais vus avant"

Les créateurs du site misent sur une nouvelle forme de tourisme, "une évasion près de chez soi, des vacances plus immédiates et plus accessibles", précise Mathieu Dugast. "Pourquoi ce serait bizarre de partir en vacances dans sa ville ? Au contraire. On a l'habitude que les vacances riment avec transports, avions, voiture, train.Moi, je pense que les vacances, c'est un état d'esprit, une bulle, une parenthèse. Supprimer les transports, ça permet de rendre les vacances plus palpables, plus accessibles dans la vie de tous les jours."

► Staycation existe à Paris, à Londres et bientôt à Lyon. En savoir plus : le site de Staycation

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.