Pour que les éventuels bénéficiaires de prestations sociales se fassent connaître pour toucher ce à quoi ils ont droit, le gouvernement met en place un simulateur en ligne.

Le site mes-aides.gouv.fr
Le site mes-aides.gouv.fr © Radio France / ve

ACS,ASPA, ASS, PAJE, RSA : il est de plus en plus difficile de s'y retrouver parmi toutes les prestations sociales et certains renoncent même à leurs droits car ils ne savent pas qu'ils peuvent y prétendre ou parce qu'ils trouvent trop compliqué de faire la demande. Selon une étude de la CAF, en 2012 près de 50% des personnes susceptibles de recevoir le RSA n'en bénéficiaient pas, car elles ne connaissaient pas le dispositif ou pensaient tout simplement ne pas y avoir droit.

La nouvelle version du simulateur en ligne de prestations sociales mes-aides.gouv.fr était donc très attendue et absolument nécessaire. Le gouvernement lance ce jeudi une campagne d'information pour le présenter.

Permettre aux éventuels bénéficiaires de se faire connaître pour toucher ce à quoi ils ont droit

Sur le site, en moins de sept minutes - c'est ce qui est annoncé et c'est vrai - on peut évaluer ses droits à 24 aides sociales en comptant les aides locales. Pour cela il faut d'abord déclarer, de manière totalement anonyme, sa date de naissance, le lieu d'habitation, les enfants à charge, les ressources et celles du conjoint des trois derniers mois et de l'année, et le simulateur calcule en quelques secondes les droits au RSA, aux allocations familiales, à la prime d'activité ou encore à l'aide personnalisée au logement.

résultat d'une simulation
résultat d'une simulation © capture d'écran

Alors c'est bien sûr une estimation qui peut manquer de précision, mais le site permet également de demander ces aides en ligne, il renvoie sur le site de la CAF notamment. Il faudra alors envoyer les pièces justificatives.

Très facile d'utilisation, ce site est accessible à tous - pour peu qu'on puisse accéder à un ordinateur - et permet, comme promis, à chacun de savoir ce à quoi il a droit.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.