Le cerveau du trafic est un belge. Le réseau s'étendait de la France aux Pays Bas, en passant par l'Irlande, le Royaume Uni, au Luxembourg et en Allemagne. Vingt-six personnes ont été arrêtée dans cette opération pilotée par l'organe européen Eurojust et la France qui visait un réseau criminel organisé impliqué dans le commerce de viande de cheval impropre à la consommation grace à des documents falsifiés.

Selon Eurojust, qui est basé à La Haye, les autorités françaises "estiment qu'entre 2010 et 2013, 4.700 chevaux impropres à la consommation ont été abattus et introduits dans la chaîne alimentaire légale".

Les explications de Quentin Dickinson

Les interpellations en Europe ont eu lieu dans le cadre d'une commission rogatoire délivrée par la juge d'instruction marseillaise Annaïck Le Goff, du pôle de santé publique. Si le principal suspect est un Belge, opérant depuis la Belgique, les animaux étaient tués dans un abattoir situé dans un département proche des Bouches-du-Rhône.

Aucun lien n'a été fait avec le scandale de la viande de cheval, révélé il y a deux ans, avec la découverte de burgers surgelés et de lasagnes contenant de l'ADN de cheval.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.