Action, réaction. Les parlementaires du Front de Gauche indiquent qu'ils déposeront d'ici une dizaine de jours une proposition de loi contre les licenciements boursiers. "Cette proposition de loi constituera le fondement de nos interventions contre l'accord sur l'emploi signé entre le patronat et trois syndicats minoritaires", précise leur chef de file, André Chassaigne.

Cette annonce intervient alors que 500 salariés d'entreprises en difficultés se sont rassemblées en début d'après-midi devant le ministère du Travail à Paris. Ils sont venus de Toulouse, de la Sarthe, d'Aulnay-sous-bois... Ils travaillent chez Sanofi, Pilpa, Bigard, Crédit Agricole, Faurecia, Virgin Mégastore, FNAC, Ford, Fralib, Goodyear, PSA, Samsonite, Sodimedical, Sony, Valeo, ZF, Coca-Cola, Merck, et Serrono...

Les syndicats, qui organisaient cette mobilisation, ont voulu rappeler à François Hollande l'une de ses promesses de campagne : l'interdiction des licenciements dans les entreprises qui font du profit :

Nous nous battons tous pour nos emplois, pour l'emploi de nos collègues sous-traitants, pour l'avenir de nos entreprises en France, et pour l'avenir de nos enfants".

Plan de sauvegarde suspendu chez PSA, mais...

Hasard du calendrier ou pas, les salariés de PSA ont appris dans la matinée la suspension du plan de restructuration prévoyant 8 000 suppressions de postes. Plan suspendu par la Cour d'appel de Paris pour vice de forme. Pour autant, cela ne devrait pas empêcher sa mise en oeuvre.

Le reportage de Marion L'Hour

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.