Syndic
Syndic © CC Hannes De Geest

Les plus gros syndics du secteur continuent à pratiquer des tarifs excessifs et à truffer leurs contrats de clauses abusives, révèle jeudi une étude de l'UFC-Que Choisir et des responsables de copropriété

L'observatoire des syndics, une étude annuelle coréalisée par l'UFC Que Choisir et par l'association des responsable de copropriété : l'ARC, nous apprends que la loi ALUR sur le logement, qui devait mettre un frein à certaines dérives, est encore bien loin d'être appliquée.

Au contraire, la loi ALUR est utilisée par ces syndics pour augmenter les tarifs qui ont augmenté de 25% en moyenne chez Foncia, Nexity, Citya, Immo de France, Loiselet&Daigremont - ils représentent 70% du marché -.

L'observatoire des syndics épingle aussi une "prolifération des clauses abusives", des "prix excessifs de prestations particulières", comme l'an dernier.

Les explications de Cécilie Corso

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.