Valls et les agriculteurs
Valls et les agriculteurs © MaxPPP

Manuel Valls a annoncé jeudi des aides supplémentaires en faveur des agriculteurs français venus manifester leur colère avec leurs tracteurs à Paris et dont le principal syndicat, la FNSEA, a estimé avoir été entendu par le gouvernement.

Le Premier ministre a notamment promis des mesures de soutien à l'investissement agricole de trois milliards d'euros sur trois ans et une année blanche sur les dettes bancaires, en plus du plan d'aide de 600 millions d'euros de juillet.Il a également assuré qu'aucune nouvelle norme nationale ne serait prise d'ici février 2016, date à partir de laquelle les agriculteurs seront associés à la définition des mesures de défense de l'environnement.

C'est un message d'amour, c'est un message fort et sincère: vous avez le soutien de la Nation

a lancé Manuel Valls lors d'une conférence de presse à Matignon, ajoutant que la priorité était de faire remonter les prix agricoles.Xavier Belin , le président de la Fédération nationale des syndicats des exploitants agricoles (FNSEA), s'est montré positif devant plusieurs milliers d'agriculteurs réunis place de la Nation, après une rencontre avec le Premier ministre.

Le plan de juillet n'était pas à la hauteur. Le gouvernement nous a entendus

Des huées et des sons de corne de brume visant le leader paysan se sont toutefois fait entendre à la fin de son compte-rendu des mesures proposées par le gouvernement.

PARIS N'A PAS ÉTÉ BLOQUÉ

Les premiers tracteurs étaient arrivés jeudi matin place de la Nation alors que des milliers d'agriculteurs convergeaient vers la capitale pour réclamer des aides supplémentaires mais aussi des réformes de fond.Quelque 1.580 tracteurs et 91 bus transportant des paysans étaient présents entre Nation et porte de Vincennes, selon la préfecture de police de Paris.La FNSEA a de son côté comptabilisé 1.733 tracteurs et attendait 5.000 agriculteurs à Paris.

Aucune perturbation majeure du trafic n'a été à déplorer, malgré quelques points bloquants, notamment sur l'autoroute A6, a précisé la préfecture, qui avait appelé les franciliens à utiliser les transports en commun.Les gens en ont ras-le-bol. On a besoin de visibilité , d'un revenu décent pour faire vivre nos familles", a dit à Reuters Philippe Nivost , éleveur de bovins de 55 ans, qui s'exprimait devant deux vaches transportées place de la Nation.Pascal Méheut , en chemin sur l'A4 à bord de son tracteur, a dit être "déterminé ". "On vend en dessous de nos coûts de production", a-t-il dit.Une centaine d'agriculteurs se sont par ailleurs rendus à l'Assemblée pour remettre leurs demandes aux députés.Une délégation de la FNSEA a été ensuite reçue à Matignon à midi par Manuel Valls , et le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll , avant que le Premier ministre ne fasse ses annonces pour tenter d'apaiser le monde agricole.Le gouvernement avait déjà annoncé un plan d'urgence fin juillet pour tenter d'enrayer la crise de l'élevage due au surendettement et à l'érosion des prix de vente.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.