environ 650.000 ménages vont sortir de l'impôt sur le revenu
environ 650.000 ménages vont sortir de l'impôt sur le revenu © reuters

350 euros de moins pour un célibataire, 700 euros de moins pour un couple. Manuel Valls a annoncé vendredi un milliard d'euros de baisse d'impôt dès l'automne prochain. 1,8 million de ménages modestes français pourraient sortir de l'impôt sur le revenu.

Le Premier ministre a précisé que cette baisse porterait sur l'IR payé en 2014 au titre des revenus de 2013 et serait en partie financée par la lutte contre la fraude fiscale.

"La mesure va bénéficier à plus de trois millions de ménages. Elle va faire sortir de l'impôt sur le revenu 1,8 million de ménages", a-t-il expliqué. "C'est un milliard d'impôt en moins, un milliard d'euros de pouvoir d'achat en plus pour les Français, notamment les plus modestes."

La mesure sera en grande partie financée grâce à la lutte contre la fraude fiscale. Nous avions déjà provisionné 500 millions d'euros, cela nous permettra d'atteindre ce milliard.

Qui est concerné par cette baisse ? Les explications de Bruce de Galzain, du service économie de France Inter

Le budget 2014 prévoit deux milliards d'euros de recettes supplémentaires grâce à la lutte contre la fraude fiscale. Le Premier ministre avait annoncé dimanche dernier que 650.000 ménages environ seraient exonérés d'impôt sur le revenu cette année grâce à la revalorisation du bas du barème, dans le cadre du collectif budgétaire de juin prochain.

À dix jours d'élections européennes qui se présentent mal pour le Parti socialiste au pouvoir et au lendemain de l'annonce d'une croissance nulle au premier trimestre 2014, il a promis finalement une mesure beaucoup plus ambitieuse.

►►► ALLER PLUS LOIN | Plan d'économies : 50 milliards de critiques

Laurent Baumel, député socialiste d'Indre-et-Loire, salue l'initiative de Manuel Valls :

Je pense que la mobilisation des parlementaires et les débats autour du pacte de stabilité n'y sont pas pour rien. Le Premier ministre veut aborder les collectifs budgétaires avec une situation de dialogue plus forte avec sa majorité.

Message politique

"Il faut sortir de cette logique de l'impôt (...) qui empêche les ménages de consommer et qui empêche notre économie de retrouver la compétitivité", a-t-il fait valoir. Il a jugé "insupportable" que le nombre de Français payant l'IR soit passé de 17 millions en 2010 à 20 millions en 2013.

►►► ALLER PLUS LOIN | Manuel Valls sur France Inter : "Du sérieux budgétaire, pas de l'austérité"

Au-delà de l'impact attendu sur une consommation atone, cette mesure constitue clairement un message à l'adresse d'une majorité divisée sur la politique de rigueur budgétaire. Manuel Valls s'est cependant défendu de toute intention électoraliste, reproche qui lui est fait par l'opposition.

Jean-François Copé, président de l'UMP :

La ficelle est très grosse. Je ne crois pas un instant que les Français en seront dupes, surtout lorsqu'ils voient arriver les perspectives de payer des impôts extrêmement élevés.

"Ce n'est pas un geste, c'est un acte au coeur d'une stratégie pour rendre du pouvoir d'achat à nos compatriotes", affirme Manuel Valls, tout en reconnaissant que le gouvernement tirait ainsi "les leçons du message que les Français nous ont fait passer à l'occasion des élections municipales".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.