Après une année 2017 catastrophique, le ministère de l'Agriculture publie des prévisions de récolte très optimistes pour 2018.

Frappés par le mildiou, un parasite qui se propage avec l'humidité, les vignes ont été relativement épargnées grâce à la canicule et devraient afficher des productions en forte hausse.
Frappés par le mildiou, un parasite qui se propage avec l'humidité, les vignes ont été relativement épargnées grâce à la canicule et devraient afficher des productions en forte hausse. © AFP / UWE ANSPACH / DPA

Le ministère de l'Agriculture annonce ce vendredi une production viticole optimiste pour 2018, de quoi effacer les mauvaises récoltes de l'an passée. 

En dépit du mildiou, cette affection à un parasite qui ravage des vignes entières et qui est favorisé par l'humidité, la production de vin devrait s'élever à 46,1 millions d'hectolitres, soit une hausse de 25 % par rapport à 2017. 

L'Agreste, le service de statistique du ministère qui publie ces estimations, souligne aussi le faible impact de la canicule sur les productions à venir. Au contraire, la canicule a même permis de ralentir la progression de la maladie en particulier en Bourgogne, Beaujolais, Alsace et Champagne et occasionne des vendanges précoces.

Le sud-est de la France moins favorisé

À l'exception du Languedoc-Roussillon, de la Corse et du Sud-Est qui devraient afficher une production inférieure à la moyenne des cinq dernières années, les indicateurs seront donc au vert partout. 

En volume, les vins AOP, qui avaient été très fortement touchés l'an dernier, devraient afficher la meilleure récolte, avec 22,13 millions d'hectolitres estimés (+26 %). Les récoltes destinées aux vins pour eaux-de-vie sont elles aussi en forte hausse, de +27% (8,671 millions d'hectolitres). La récolte des vins IGP devrait s'établir quant à elle à 11,813 millions d'hectolitres, soit 15% de hausse.

Dans le Bordelais, le mildiou a surtout touché les Merlots mais ne devrait pas empêcher la production de retrouver des niveaux plus conformes aux habitudes, entre 5,4 et 5,8 millions d'hectolitres. Les experts attendent toutefois la fin de la véraison, maturation des raisins qui passent du vert au rouge vif, pour évaluer plus précisément les pertes occasionnées par le mildiou.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.