Eau du robinet
Eau du robinet © Radio France / Wikimedia Commons

L'eau du robinet coûte-t-elle trop cher ? C'est en tout cas ce qui ressort d'une enquête réalisée par le magazine 60 millions de consommateurs, à paraître lundi. Dans 85 % des 130 villes observées à la loupe, le prix du mètre cube augmente plus vite que l'inflation.

C'est la Journée mondiale de l'Eau : un élément précieux, qui manque cruellement dans certaines régions du globe, mais dont on ne pensait pas voir privés certains Français. Le prix de l'eau explose pourtant un peu partout.

Les champions de cette eau trop chère ? Les villes d'Evreux, Bar-le-Duc, Agenn, Chaumont, Annecy, Albi et le Puy-en-Velay. Ces augmentations, pas toujours justifiées selon le magazine, peuvent aller de 20 à 40 % selon les villes. De quoi pénaliser les ménages les plus modestes, qui parfois ne peuvent carrément plus payer. Et pour obtenir le paiement des factures, les specialistes de la distribution d'eau utilisent une arme pourtant illégale : la coupure.

Compagnies hors-la-loi

Thomas Laurenceau, rédacteur en chef de 60 millions de consommateurs, rappelle ainsi qu'il y a aujourd'hui "une loi qui interdit les coupures d'eau. Malheureusement, elle n'est pas respectée."

Deux grands opérateurs, Veolia et la Saur , se retrouvent assez fréquemment dans les témoignages des personnes victimes de coupures d'eau.

Régulierement, ces deux poids lourds de la distribution d'eau sont condamnés par la justice et doivent payer des dommages et intérêts importants à leurs clients. D'autant plus que ne plus avoir d'eau du robinet peut encore aggraver la situation des personnes concernées.

Potentiellement catastrophique, selon Emmanuel Poilane, directeur de la Fondation France Libertés.

Si on vous coupe l'eau, vous passez d'une dépense moyenne de 1 euro le mètre-cube à une dépense directe de 5 euros le mètre-cube, pour l'accès au minimum d'eau vital pour voire, manger, se laver.

Ces coupures d'eau illégales peuvent durer quelques jours voire plusieurs mois. Elles concerneraient 100 000 familles chaque année.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.