La plateforme de location de logements est menacée par une loi très restrictive à New York. Du coup, Airbnb propose de nouvelles règles visant à allumer un contre feu.

Manifestation de soutien à Airbnb à New York en août 2016
Manifestation de soutien à Airbnb à New York en août 2016 © Reuters / Shannon Stapleton

Le gouverneur de l'Etat de New York Andrew Cuomo pourrait peut-être signer une loi qui menace les utilisateurs d'Airbnb à New York de lourdes amendes. Elles iraient de 1000 dollars pour une première infraction à à 7 500 dollars.

Andrew Cuomo a jusqu'au 29 octobre pour signer le texte ou le rejeter. La loi interdirait la publication des annonces de location de courte durée. Déjà, la location d’un appartement dans son intégralité pour une durée inférieure à trente jours est interdite à New York depuis 2011 à moins d'y résider en même temps ou à moins que l'immeuble ne compte que trois appartements ou moins! Mais cette interdiction n'est jamais respectée. La nouvelle proposition veut donc aller encore plus loin.

Manifestation de soutien à Airbnb à New York en 2015
Manifestation de soutien à Airbnb à New York en 2015 © AFP / Andrew Burton/Getty images/AFP

Pour tenter de dissuader Andrew Cuomo de signer cette loi, Airbnb propose elle même des contraintes supplémentaires à l'utilisation de sa plateforme : mettre en place un service pour recueillir les plaintes des voisins, bannir ceux qui violent les règles plus de trois fois, reverser aux propriétaires une partie des revenus perçus par leurs locataires, interdire la location de plusieurs logements par la même personne, dès le 1er novembre, et instaurer un système d’enregistrement de ses hôtes auprès des autorités.

New York, après Chicago et San Francisco

Cet enregistrement des hôtes est déjà en place à Chicago et San Francisco.A San Francisco Airbnb a échappé fin 2015 à un durcissement de la réglementation. Mais elle reste menacée par une amende de 1 000 dollars par jour et par logement n’étant pas enregistré auprès de la municipalité. A Santa Monica, près de Los Angeles, les locations de courte durée sont carrément interdites depuis l’an passé.

Paris, ville la plus populaire sur Airbnb
Paris, ville la plus populaire sur Airbnb © Visactu / Visactu

Airbnb prise la main dans le sac

Des opposants à Airbnb ont mené une recherche sur le site en juin dernier et ont révélé que 40 % des annonces disponibles sur la plate-forme ont été publiées par des personnes proposant plusieurs appartements à louer.

Amendes record à Barcelone

L'été dernier, la mairie a infligé 30 000 euros d’amende à 134 loueurs de meublés sur Airbnb de Barcelone qui louaient plusieurs logements, allant à l'encontre de la loi. Au total, 234 logements étaient loués illégalement.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.