À partir du 11 mai prochain, date du déconfinement, les banques vont relever le plafond des paiements que vous pouvez effectuer sans contact. Celui-ci passera de 30 à 50 euros.

Bientôt on pourra payer en "sans contact" des achats jusqu'à 50 €
Bientôt on pourra payer en "sans contact" des achats jusqu'à 50 € © AFP / Hans Lucas / Julie Sebadelha

Taper son code de carte bleue sur un terminal que touchent les clients d’un magasin, les uns après les autres, est devenu pour beaucoup une phobie ces dernières semaines. Alors, généraliser un peu plus encore le paiement sans contact dans la période ne semble pas la moins bonne idée qui soit. "Le fait de ne pas avoir à toucher le clavier avec ses doigts ajoute effectivement une protection supplémentaire" se félicite Michel Ganzin, président de GIE cartes bancaires, par ailleurs directeur adjoint du Crédit Agricole.

Une vertu sanitaire, une autre économique

Selon les banques, en relevant le plafond du paiement sans contact à 50 euros, c’est possiblement demain 70 % des achats en boutique qui devraient se réaliser à terme sans avoir à faire son code. Autant de personnes qui resteraient donc à distance du virus au moment de passer en caisse. 

Voilà pour la vertu sanitaire qui se double (également) d’une vertu économique.

Car dans les faits, ce relèvement du plafond était déjà dans les cartons. À cela près qu’au départ, le passage du plafond de 30 à 50 euros n’était pas prévu avant 2021, mais le gouvernement a demandé aux banques d’accélérer sur le sujet. Pour cause, d’après Michel Ganzin, "il a été vérifié dans plusieurs études que le paiement sans contact, par les facilités qu’il procure, dynamise l’activité et augmente le chiffre d’affaires des commerçants".

Dans cette période particulière, la généralisation de cette pratique pourrait encourager la consommation et donner "du souffle" à ces derniers pour les accompagner vers la reprise. 

Dans une France privée de contact tout court, le sans-contact peut-il dès lors agir comme un booster de croissance ? C’est le pari qui se double par ailleurs d’un défi technique. Pas moins d’un million de terminaux doivent encore être mis à jour. Et ce donc, dans un délai Inférieur à un mois.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.