L’âge d’or des banques est-il révolu ? Après les moyens de paiement et le financement, qui leur ont échappé, c’est la mise à disposition de cash qui pourrait être assurée par d’autres. Tour d’horizon des solutions non bancaires à nos petits problèmes d’argent.

Après le paiement sans carte, préparez-vous au retrait sans distributeur
Après le paiement sans carte, préparez-vous au retrait sans distributeur © AFP / STEPHANE DANNA

Les banques, traditionnelles ou en ligne, ont du souci à se faire. Dès janvier, la directive européenne PSD2 leur impose de rendre accessibles les informations qu’elles détiennent accessibles à des tiers. Traduction : si j’en donne l’autorisation, mes données bancaires seront ouvertes à des prestataires potentiellement plus efficaces, ou tout simplement mieux implantés. La promesse de nouveaux services, au-delà de ceux qui nous ont déjà éloigné des agences bancaires.

Payer sans aucun instrument de paiement

Vous connaissez Paypal. Dès 1998, il permettait à ses utilisateurs d’effectuer des achats (ou de se faire payer) sans dévoiler ses coordonnées bancaires et en garantissant la bonne fin de la transaction. Aujourd’hui, le service génère 11 milliards de dollars annuels de chiffre d’affaires.

Depuis, le mobile est apparu : toujours dans notre poche, sécurisé, il devient un instrument de paiement très efficace. Il permet de payer, selon des modalités très variables (la voix, un code barre, les ondes…) en puisant sur votre carte bancaire (sous réserve que vous l’ayez renseigné) ou sur votre facture téléphonique (sous réserve que vous ayez accepté).

En 2020, estime le BCG, près de 1 transaction sur 10 passera par des services comme Apple Pay, Paylib, LyfPay ou encore Lydia.

Emprunter sans parler à son banquier

Pour les porteurs de projets en mal de financement, le crowdfunding – financement participatif – s’est désormais imposé. Du soutien pour un projet de voyage scolaire à la production d’un film documentaire, les Kickstarter, Ulule ou Kisskissbankbank assurent la collecte et la redistribution de fonds entre particuliers, avec ou sans contrepartie. 

Mais le mécénat a ses limites, et pour ceux qui chercheraient un prêt, le crowdlending peut être la réponse. Les plateformes, à l’instar de Credit.fr, Lendix ou Kisskissbankbank, rassemblent des prêteurs qui proposent des fonds à hauteur de leurs moyens. Ces sommes seront prêtées à des emprunteurs à des conditions fixées à l’avance : échéances, intérêts…

Retirer de l’argent chez un commerçant

Ce n’est pas un scoop : le temps des billets de banque et des tirelires sera bientôt révolu. En attendant la fin des espèces sonnantes et trébuchantes, pour retirer du cash en France, il faut trouver un distributeur (DAB) et/ou une agence bancaire. Mais en janvier, tout pourra changer.

La directive européenne PSD2 permettra à un commerçant de jouer les DAB.

► ÉCOUTEZ | Les explications d'Hélène Fily

En d’autres termes, en achetant votre journal 2 euros, payez 22 euros par carte bancaire et le commerçant vous remettra un billet de 20 euros.

Une raison de plus de s’éloigner des banques de réseau, qui, pour résister, doivent innover. Quitte à acheter à prix d’or ce qu’elles ne peuvent inventer. Ainsi, selon KPMG, l'investissement mondial dans les « fintech » s’est élevé à 8,4 milliards de dollars au deuxième trimestre 2017, soit 2,5 fois plus que sur les trois premiers mois de l’année.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.