Xavier Musca, avec Nicolas Sarkozy, en 2011, à la sortie d'un conseil des ministres.
Xavier Musca, avec Nicolas Sarkozy, en 2011, à la sortie d'un conseil des ministres. © MaxPPP / Christophe Petit Tesson

L’ancien secrétaire général de la présidence de Nicolas Sarkozy, était accusé par la presse portugaise d’avoir vendu pour 32,6 millions d’euros d’actions de la banque Espirito Santo avant qu’elle ne fasse faillite en juillet.

Xavier Musca, comme le Crédit agricole, assurent que l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy n’a rien à voir avec ces accusations. Le CMVM, le gendarme des marchés portugais, l’affirme même dans un communiqué daté du 15 juillet : Xavier Musca, administrateur de la banque Espirito Santo, n’a aucune action dans cette banque.

Les explications de Marion L'hour, dans le 13h de Patrick Boyer.

C’est la banque Crédit Agricole qui a cédé des actions en mai dernier en 4 opérations différentes, entre le 21 et le 26 mai. L’explication du moment choisi est technique : le Crédit agricole participe en fait à ce moment là à l'augmentation de Capital de la banque portugaise. Il doit vendre ses titres avant d'en racheter.

L’opération n’apparaît toutefois que le 15 juillet, la veille du jour où la banque se déclare en faillite. Elle aurait dû légalement être signalée dans un délai de 15 jours. Le Crédit agricole reconnaît qu’il y a eu un problème technique de transmission entre la banque verte et le gendarme boursier portugais.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.