des salariés de total reconduisent leur mouvement de grève
des salariés de total reconduisent leur mouvement de grève © reuters

Les salariés de deux des cinq raffineries du groupe Total en France ont reconduit pour 24 heures leur mouvement de grève lancé il y a 14 jours afin d'obtenir des revalorisations salariales, a déclaré un responsable syndical CGT. La direction du groupe assure qu'il n'y a pas de conséquence majeure sur l'approvisionnement des stations.

Les salariés poursuivent le mouvement aux raffineries de Gonfreville-l'Orcher (Seine-Maritime) et La Mede (Bouches-du-Rhône), ceux de Feyzin (Rhône) ayant décidé de suspendre le mouvement, a précisé Christian Votte, délégué central CGT.

Les deux raffineries encore en grève, qui produisent essentiellement de l'essence et du gasoil pour automobiles, représentent moins d'un tiers des capacités du pays. La direction de Total a indiqué à plusieurs reprises que ce mouvement n'avait pas de conséquence majeure sur l'approvisionnement en carburant pendant les fêtes.

Pourtant, certains produits commencent à manquer, comme en témoigne ce gérant de station joint par Léo Rozé.

Nous, on est pris en otages

Le conflit oppose la direction du groupe et la CGT, parfoisassociée à Force ouvrière ou à Sud, selon les sites, qui juge trop faibles les propositions de Total en matière de revalorisations salariales. La CGT estime que la proposition de Total d'une augmentation de salaires annuelle de 1,5% n'est pas suffisante et réclame pour chaque salarié une prime de 1.500 euros et une augmentation de 100 euros par mois.

A Gonfreville, la détermination ne faiblit pas, comme le montre ce reportage d'Olivier Duc

Le directeur de la raffinerie de Normandie, Gérard Roussel :

Total fait un gros effort déjà

Total a indiqué que la hausse proposée atteignait déjà 3,5% en incluant des éléments d'ancienneté et de performance. Un accord salarial a été signé avec deux organisations syndicales, CFDT et CGC, qui représentent ensemble une majorité de salariés.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.