la bce opte pour un taux de dépôt négatif
la bce opte pour un taux de dépôt négatif © reuters

INFOGRAPHIE - C'est le jour J : la Banque centrale européenne est censée appuyer ce jeudi sur le bouton nucléaire de la politique monétaire en lançant un programme massif de rachat des dettes souveraines. Du jamais-vu en zone euro. C'est ce qu'on appelle le "quantitative easing", l'assouplissement quantitatif.Quels effets en attendre ?

La BCE va tout simplement créer de la monnaie. Pas sonnante et trébuchante. L'institution de Francfort va ouvrir une ligne de crédit sur son propre compte. Elle va, autrement dit, gonfler son bilan. Cet argent va lui servir à acheter des titres de dettes publiques sur les marchés financiers aux banques ou encore aux compagnies d'assurance. Ces dernières auront alors plus de cash, elles pourront prêter davantage et ainsi relancer investissements et consommation.

Inciter les investisseurs à prendre des risques

Mais pour être efficace, "l'assouplissement quantitatif" doit être solide : plusieurs centaines de milliards d'euros pour frapper les esprits... Car les esprits, cela compte ! Avec plus d'argent, les investisseurs privés prendraient plus de risques et prêteraient davantage.

Pour Ray Dalio, patron de Bridgewater (l'un des fonds d'investissements les plus importants dans le monde), c'est aussi la meilleure façon d'éviter des troubles sociaux (au micro de Philippe Lefébure)

Plus de crédits, cela pourrait faire repartir les prix et relancer l'inflation qui inquiète en zone euro. Cette arme monétaire a déjà utilisée aux États-Unis et cela a fonctionné. Pas au Japon en revanche ! Les bourses européennes, elles, l'attendent avec impatience.

La Banque centrale européenne lance son "assouplissement quantitatif"
La Banque centrale européenne lance son "assouplissement quantitatif" © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.