D'après un rapport de l’agence de santé publique, 10,7% des filles "cèdent" aux attentes de leurs partenaires lors du premier rapport sexuel contre 7% des garçons. La question du consentement des adolescents est donc un élément fondamental au début de leur vie sexuelle.

D'après l'étude, les adolescents doivent être mieux informés sur cette question primordiale du consentement.
D'après l'étude, les adolescents doivent être mieux informés sur cette question primordiale du consentement. © AFP / Alexey SAZONOV

Santé publique France, l'agence de santé du gouvernement lance une campagne, ce 23 octobre intitulée "Ok, pas ok" pour sensibiliser les jeunes au consentement lors de leurs rapports sexuels. 

D'après le baromètre de 2016, le premier rapport sexuel a toujours lieu à 17 ans et demi en moyenne et, pour presque 11% des femmes c'est un rapport auquel elles déclarent avoir cédé. Dans 1,7% des cas, elles disent avoir été forcées lors de ce premier rapport. 

Dans cette étude, les femmes entre 15-17 ans, sont 8% a avoir déjà été confrontées à des rapports forcés ou à des tentatives de rapports forcés contre 1% des jeunes hommes de cette tranche d'âge. 

C'est pourquoi, le ministère juge utile de lancer une campagne sur ce thème du consentement basée sur une série de podcasts. Ces différents témoignages ont été recueillis pour l'occasion grâce à un appel à témoins sur le site Onsexprime

Cette notion de consentement est déjà le sujet de 7 interventions sur 10 en milieux scolaires.

Nathalie Bajos, chercheuse à l'Inserm analyse les conclusions de cette étude pour France inter au micro de Bruno Duvic. Pour elle, " Dès l'entrée dans la sexualité, les femmes ont des rapports pour faire plaisir à leurs partenaires."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.