C'est l'une des principales mesures annoncées par Emmanuel Macron ce jeudi soir : les effectifs des classes de Grande section de maternelle, de CP et de CE1 vont être limités à 24 élèves. Une mesure qui s'annonce coûteuse en moyens humains.

Actuellement, l'effectif moyen par classe, tous niveaux du privé et du public confondus, est de 23,8 enfants
Actuellement, l'effectif moyen par classe, tous niveaux du privé et du public confondus, est de 23,8 enfants © AFP / Xavier Leoty

Après le dédoublement des classes de CP et de CE1 des classes des réseaux d'éducation prioritaire, le gouvernement poursuit sa politique en faveur du renforcement des moyens pour l'enseignement primaire. Emmanuel Macron a annoncé ce jeudi soir que le nombre d'élèves par classe serait limité à 24 entre la Grande section de maternelle et le CE1. Une mesure dans la droite ligne de la politique menée jusqu'ici par le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, que même la Cour des comptes a salué

Mais les chiffres montrent que pour parvenir à ce nouvel objectif de 24 élèves maximum par classe de Grande section, CP et CE1 d'ici la fin du quinquennat, il faudra recruter de nombreux enseignants. Pour les syndicats, dont certains plaident pour une limite de 24 enfants par classe dans tout l'enseignement primaire, cette réforme ne doit pas se faire à moyens constants, au risque de surcharger les autres niveaux, mais par des recrutements de professeurs dûment formés.

35 000 classes concernées

C'est le SNUipp-FSU, premier syndicat des enseignants du premier degré, qui s'est livré à ce calcul : en se basant sur les chiffres du service des statistiques du ministère de l'Éducation nationale, il estime que 15 000 classes de Grande section de maternelle et 20 000 classes de CP et de CE1 ont un effectif supérieur à 24 élèves par classe.

53,6% des classes de maternelles publiques comptent plus de 24 élèves

Les chiffres datent de la rentrée 2016, et émanent du service des statistiques du ministère de l'Éducation nationale : plus de la moitié des classes des écoles maternelles publiques comptaient plus de 24 élèves. Dans le détail, 8,3% des classes comptent moins de 20 élèves, 38,1% comptent entre 20 et 24 élèves, 48% en comptent entre 25 et 29, et 5,6% comptent plus de 30 élèves.

238 100 élèves de moins sur le quinquennat

À la rentrée 2018, 6 750 200 élèves étaient inscrits dans le premier degré. Selon les prévisions du ministère de l'Éducation nationale, ils ne seront plus que 6 512 100 à la rentrée 2022, la dernière qui sera préparée par un gouvernement de ce quinquennat, soit 238 100 élèves de moins. "L'exécutif mise beaucoup sur cette baisse démographique pour mettre en place cette mesure à effectif d'enseignants constant", explique Francette Popineau, la co-secrétaire générale et porte-parole du SNUipp-FSU. "Mais le compte n'y est pas, loin de là. Ne serait-ce que pour la rentrée prochaine, la baisse d'effectifs prévue est de 36 000 élèves, ce qui libérerait environ 1 500 classes. Or, on estime que 15 000 classes de Grande section comptent plus de 24 élèves, et 20 000 de CP et de CE1."

15,1 enfants par classe en moyenne en Lozère, contre 25,3 en Essonne

Les départements les plus ruraux sont les moins touchés par le phénomène de classes surchargées. Ainsi, la Lozère, la Creuse, le Gers, le Cantal ou encore la Haute-Marne comptent des effectifs moyens dans le premier degré public inférieurs à 21 enfants par classe. Mais ce ne sont que des moyennes, qui masquent les disparités entre écoles de milieu urbain et écoles de milieu rural. "Dans les départements les plus urbanisés", explique Stéphane Crochet, le secrétaire général du SE-UNSA, "ce sont les écoles de ville hors réseaux prioritaires qui sont les plus chargées. Or, si la baisse démographique est sensible dans les zones rurales, la population scolaire augmente dans les zones urbaines."

23,6 enfants par classe dans le public, 25,4 dans le privé

À la rentrée 2017, l'Éducation nationale a calculé que l'effectif moyen d'une classe du premier degré, privé et public confondus, était de 23,8 enfants. Mais ce chiffre cache des disparités, d'une part entre les classes des écoles maternelles et celles des écoles élémentaires, et d'autre part entre celles du public et celles du privé.

Ainsi, les classes maternelles des écoles publiques comptaient en cette rentrée 24,1 élèves en moyenne, contre 25,8 dans les écoles privées. Dans les écoles élémentaires publiques, la moyenne était à 23 enfants par classe dans le public, contre 25,1 dans le privé. Au total, la moyenne pour le premier degré dans son ensemble était de 23,6 enfants par classe dans le public, contre 25,4 dans le privé.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.