Les lycéens et les étudiants en réorientation ont jusqu'à mercredi 23h59 pour confirmer leurs vœux et compléter leur dossier avec CV et lettres de motivation. Ensuite, la grande machine de Parcoursup fera son travail jusqu'au 15 mai, date du début des réponses pour les candidats. Comment fonctionne l'algorithme ?

Parcoursup, mais comment fonctionne l'algorithme ?
Parcoursup, mais comment fonctionne l'algorithme ? © AFP / Lionel BONAVENTURE

La procédure d'affectation des candidats repose sur deux processus. Dans un premier temps, les algorithmes locaux sont à l’œuvre, c'est-à-dire que chaque formation définit des critères pour classer les candidats. Il s'agit d'un classement pédagogique effectué dans les commissions d'examen des vœux des différents établissements de l'enseignement supérieur.

Parmi ces critères figurent les notes de l'élève : notes de contrôle continu en classe de Première et en classe de Terminale, notes des épreuves anticipées du bac en français. Des critères extra-scolaires peuvent être pris en compte : un engagement dans une association ou dans un club de sport. La lettre de motivation est également un élément de sélection.

Chaque formation a sa formule de classement, son algorithme, en fonction de l'importance donnée à tel ou tel critère. Ces critères correspondent plus ou moins aux "attendus" précisés dans les descriptifs des formations et que les candidats ont consultés avant de faire leurs vœux.

Des questions restent en suspens

Par exemple, une formation dans le domaine du sport prendra comme critères les notes en EPS, en sciences mais aussi les activités sportives du jeune. Mais ces algorithmes locaux manquent encore de transparence et des questions restent en suspens.

- Le lycée d'origine est-il pris en compte ? On sait que les notes de contrôle continu ne sont pas les mêmes selon les lycées. L'association des proviseurs de classes préparatoires a obtenu du gouvernement que le lycée d'origine ne soit pas anonymisé, car l'examen des dossiers pour les classes prépas tient compte de ce critère. Le lycée qui sélectionne ses candidats a en général une connaissance fine des établissements d'origine. En revanche, les universités qui doivent traiter plusieurs milliers de dossiers ne pondèrent pas forcément les notes du candidat en fonction de son lycée.

- Quel critère est prépondérant ? Les formations ne donnent pas tous les secrets de leur cuisine interne. Si la liste des attendus est bien publiée sur Parcoursup, les candidats ne savent pas ce que la formation a choisi de privilégier.

- La lettre de motivation a-t-elle toujours de l'importance ? Dans les formations sélectives, à petits effectifs, la lettre de motivation sera plus facilement prise en compte que dans les filières universitaires où le nombre de dossiers à examiner est plus important. À l'université, le critère des notes est souvent décisif.

Une fois que les formations ont classé les candidats, les dossiers repassent dans l'algorithme de Parcoursup : il s'agit du deuxième temps. Le classement initial va être ajusté en fonction de nouveaux critères fixés dans chaque académie par le recteur.

Trois critères pris en compte

Le premier critère est le taux de boursiers. Pour chaque formation, un quota est fixé. Il est calculé en fonction du taux de boursiers parmi les candidats. Exemple : si 10% de boursiers figurent parmi les candidats d'une licence de sciences économiques, cette formation devra compter 10% de boursiers parmi les dossiers qu'elle retiendra.

En conséquence, certains candidats boursiers "remontent" et d'autres candidats non-boursiers "descendent" dans le classement. C'est ainsi que l'an dernier, les classes préparatoires ont accueilli 8% de boursiers en plus.

Le deuxième critère est celui de la résidence de l'élève. Ce critère n'intervient que pour les formations non sélectives. Les formations sélectives (BTS, DUT, classes prépas, doubles-licences...) recrutent en revanche au niveau national.

Pour les filières universitaires, le recteur fixe donc un quota de non-résident par formation c'est-à-dire de candidats qui ne viennent pas de l'académie. Ce critère privilégie les élèves qui souhaitent une formation à proximité de leur domicile.

À l'exception de l’île-de-France où cette année les trois académies, de Paris, Versailles, et Créteil, sont considérées comme une seule entité. Il s'agissait de corriger une particularité de la région parisienne : 80% des candidats viennent des académies de Créteil et Versailles mais 50% des formations sont situées dans l'académie de Paris.

Enfin, un troisième critère, très ciblé, intervient pour l'affectation des candidats en classes préparatoires en fonction des places en internat. À l'issue de ce processus complet, on obtient l'ordre d'appel c'est-à-dire le classement final des candidats, qui peut donc être différent du classement pédagogique, mais dont les candidats n'ont pas connaissance.

À partir du 15 mai, ils découvriront les résultats de cet ordre d'appel. L'algorithme continuera ensuite à procéder au classement des élèves en fonction de leurs réponses, des désistements pour certaines filières, des échecs au bac, ou des sorties de la plateforme pour rejoindre une formation qui ne fait pas partie de Parcoursup. La phase principale s'achèvera le 19 juillet.

Il restera des candidats sans affectation, pour une raison simple : l'algorithme ne permet pas de faire coïncider parfaitement les voeux des futurs étudiants et les places des différentes formations.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.