Le sociologue Baptiste Coulmont publie son palmarès 2018 des résultats du baccalauréat en fonction des prénoms. Sans surprise, les prénoms d’origine bourgeoise décrochent bien plus souvent la plus haute mention que les autres.

Les élèves du lycée Malherbe de Caen découvrent leurs résultats au baccalauréat 2018
Les élèves du lycée Malherbe de Caen découvrent leurs résultats au baccalauréat 2018 © AFP / Charly Triballeau

Comme chaque année depuis 2012, le sociologue Baptiste Coulmont (chercheur au CNRS, professeur à Paris-VIII) a étudié les résultats au baccalauréat des 334 prénoms les plus courants. Les résultats, publiés sur son blog, confirment les tendances : ce sont les prénoms qu’on retrouve dans les milieux intellectuels qui collectionnent les mentions très bien.

Les prénoms bourgeois féminins en tête

Ainsi, 25% des 243 bachelières prénommées Garance affichent plus de 16/20 de moyenne en 2018. Avec 22% de mention très bien, les Adèle, Alix, Anna, Apolline, Chiara, Diane, Eléonore, Héloïse et Joséphine arrivent sur la deuxième marche du podium, juste devant les Alice, Lucile et Marianne. A noter que les 23 premiers prénoms sont féminins, Augustin, Grégoire et Théophile arrivant en 24e, 26e et 28e position.

A l’inverse, seulement 2% des Steven, Ryan et Mohamed se sont vus décerner la mention très bien, et 3% des Tony, Rayan, Melvin, Jordan, Dylan, Christopher, Bryan, Bilal et Allan.

Nuage de résultats en fonction des prénoms et du taux de mention très bien au bac 2018
Nuage de résultats en fonction des prénoms et du taux de mention très bien au bac 2018 / Baptiste Coulmont / http://coulmont.com/blog

Le prénom, indicateur de l'origine sociale (et donc de la réussite scolaire)

Il convient de préciser que ce n’est pas le prénom qui prédétermine les résultats scolaires, mais bien l’origine sociale. Mais, comme l’affirme l’auteur, "le prénom indique – de manière imparfaite et floue – l’origine sociale de celles et ceux qui le portent". 

Parmi les autres enseignements de cette étude : une seule lettre de différence peut impliquer de grandes disparités. En effet, 23% des Mélie ont obtenu la mention très bien en 2018… contre seulement 7% des Mellie (avec deux « L ») ! De même, 15% des Noémi ont obtenu plus de 16/20 de moyenne, contre seulement 3,6% des Noémy.

Enfin, le sociologue nous apprend que 16% des Théotime ont passé leur bac avec au moins un an d’avance (11% des Philomène, 10% des Mazarine), contre 4,8% du total des candidats

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.